Vincenzo Galilei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galilei.

Vincenzo Galilei (Santa Maria a Monte, vers 1520 - Florence, 2 juillet 1591), souvent francisé Vincent Galilée, est un musicien italien qui a été luthiste, compositeur, théoricien de la musique, chanteur et professeur de musique.

Il est le père de Galileo Galilei, francisé Galilée, qu'il voulait voir devenir médecin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers la fin des années 1520, Vincenzo Galilei naît à Santa Maria a Monte, près de Pise.

En 1562, il épouse Guilia degli Ammannati à Pise. Le 15 février 1564, naît le premier de ses six ou sept enfants : Galileo Galilei, le futur astronome Galilée, à Pise.

Vers 1563, luthiste de renom, remarqué par Giovanni de’ Bardi, comte de Vernio, il part étudier la théorie à Venise auprès de Gioseffo Zarlino.

Vers 1572, il rencontre, à Rome, Girolamo Mei, humaniste florentin, qui se livre à une étude approfondie de la musique grecque ancienne.

En 1572, Il part à Florence, s'y établit et sa famille le rejoint en 1574 ; il devient membre de la Camerata Bardi, sous l’égide de Giovanni Bardi, et qui rassemble notamment Girolamo Mei, les compositeurs Giulio Caccini, Piero Strozzi et Jacopo Peri, le poète Ottavio Rinuccini.

C’est en tant que membre de la Camerata fiorentina, qu’il fut l'un des premiers à composer des chansons poétiques.

Le 2 juillet 1591, il est inhumé à Florence dans le caveau familial qui se trouve dans la nef de Santa Croce.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Vincenzo Galilei a publié un grand nombre de tablatures pour luth, et de livres de théorie musicale. Il démontra notamment que la longueur des cordes est reliée à l'octave. Il prouva que le rapport de tension était de 4/1 (et non de 2/1, comme on le pensait).

  • En 1581, il fait publier le premier traité du contrepoint, Dialogo di Vincentio Galilei Nobile Fiorentino della musica antica, et della moderna, chez Giorgio Marescotti, premier des imprimeurs de musique à Florence.
  • En 1582, il illustre son Dialogo en composant sur les Lamentations du prophète Jérémie et sur les lamentations du comte Ugolin de l’Enfer de Dante (musiques perdues).
  • En 1584, il publie à Florence, chez Giorgio Marescotti, un Livre de contrepoint à deux voix (Contrapunti a 2 v.). Il publie à Venise, chez Scotto, Fronimo : dialogo... sopra l’arte del bene intavolare, et rettamente sonare la musica negli strumenti artificiali si di corde come di fiato, & in particulare nel liuto pour luth.
  • En 1587, chez Gardano de Venise, Le Deuxième Livre de madrigaux à 4 et 5 voix (Il secondo libro de madrigali a 4 et 5 v.).
  • En 1589, à Florence, chez Giorgio Marescotti, Le Discorso intorno all’opere di Messer Gioseffo Zarlino da Chioggia dans lequel il réfute les idées de Gioseffo Zarlino sur les fondements mathématiques naturels de la musique.
Stillman Drake suppose que ces expériences musicales furent effectuées en 1588, pendant que son fameux fils vivait avec lui — et donc, que ce dernier aurait pu aider son père à les effectuer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Claude V. Palisca. (1995). Biography of Vincenzo Galilei. The New Grove Dictionary of Music and Musicians, VII, 96-98.
  • (en) (1992). Music and Science in the Age of Galileo. Kluwer Academic Publishers.
  • (en) Stillman Drake. (1970). Renaissance Music and Experimental Science. Journal for the History of Ideas, 31, 483-500.
  • (en) Stillman Drake. (1975). The Role of Music in Galileo's Experiments. Scientific American, 232, 98-104
  • Philippe Canguilhem Fronimo de Vincenzo Galilei Minerve - CESR " ricercar", 2001 Paris -Tours ISBN 2-86931-101-X

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]