Village médiéval déserté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le village médiéval déserté de Wharram Percy, en Angleterre.

Un village médiéval déserté est un village abandonné au Moyen Âge. En France, plusieurs villages ont été sondés partiellement ou entièrement et en interdisciplinarité.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Au début du XIVe siècle, la démographie et l'économie européennes marquent un coup d'arrêt, après plusieurs siècles de développement. À partir du milieu de ce siècle, plusieurs grandes catastrophes précipitent une grande partie du continent dans une crise qui dure plusieurs décennies.

En 1337, la guerre de Cent Ans éclate entre les royaumes de France et d'Angleterre, mais cette guerre rejaillit également sur les contrées voisines, comme la Provence ou certaines régions du Saint-Empire, lorsque les bandes de mercenaires se trouvent sans emploi en temps de paix dans les pays belligérants.

En 1348, la première grande épidémie de peste noire se déclare, et parcourt toute l'Europe. S'ensuivent ensuite d'autres épidémies de peste ou de maladies qui lui sont assimilées. La population s'effondre. Dans la région d'Aix-en-Provence, certaines localités voient leur population diminuer de plus de 70 %.

C'est dans ce contexte que certains villages de campagne sont abandonnés par les derniers habitants, qui se réfugient dans des villes ou des villages plus importants, souvent dotés de remparts pour assurer leur protection. Un phénomène de forte déprise agricole apparaît au même moment.

Cette crise de la fin du Moyen Âge, la plus grave survenue depuis la chute de l'Empire romain d'Occident, prend fin dans le courant du XVe siècle. Mais certains villages ne sont réoccupés que tardivement, voire jamais.

Une réalité européenne[modifier | modifier le code]

Les fouilles les plus anciennes de villages désertés ont été effectuées en Allemagne, dans le Harz, avec les recherches pionnières de Paul Grimm à Hohenrode, de 1935 à 1937. Quant à l'interprétation des villages désertés, ou Wüstungen, après avoir été très fortement marquée par Wilhelm Abel dès 1943[1], elle a été profondément renouvelée par Walter Janssen en 1975.

En Angleterre, le plus célèbre des deserted mediæval villages est Wharram Percy (en), étudié de 1950 à 1990.

Les sites en France[modifier | modifier le code]

Chercheurs[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Pesez (1929-1998), archéologue et historien de la civilisation rurale, de la culture matérielle médiévale et préindustrielle.
  • Jean-Michel Poisson (1949-), Maître de Conférence à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (antenne de Lyon).
  • Gabrielle Démians d'Archimbaud, Professeur émérite à l'Université de Provence, Département Archéologie et Histoire de l'Art, Laboratoire d'Archéologie Médiévale Méditerranéenne (UMR 6572 - CNRS).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Coulet, Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale (milieu XIVe - milieu XVe siècle), Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 1988, 2 vol., 1238 p. (ISBN 9782853991698)
  • Noël Coulet, « Encore les villages disparus : dépeuplement et repeuplement autour d'Aix-en-Provence (XIVe ‑ XVe siècle) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 6, 1973, p. 1463-1483.
  • Noël Coulet, « La Survie des communautés d'habitants des villages disparus : l'exemple d'Aix et du pays d'Aix aux XIVe et XVe siècles », Annales de la faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, no 9-10, 1969, p. 81-91.
  • Gabrielle Démians d'Archimbaud, Les Fouilles de Rougiers (Var), contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, éd. C.N.R.S., Paris, 1982, 724 p. (ISBN 9782222026044)
  • André Humm, Villages et hameaux disparus en Basse-Alsace: contribution à l'histoire de l'habitat rural (XIIe-XVIIIe siècles), Strasbourg : Librairie Istra, 1971, 182 pages
  • Marcel Roncayolo, Géographie et villages désertés, dans Économies, Sociétés, Civilisations, 1965, vol.20, n° 2, pp.218-242 [1].
  • Paul Courbin, Méthodologie des fouilles de villages disparus en France (prospection et implantation) , dans Économies, Sociétés, Civilisations, 1965, vol.20, n° 2, pp.243-256 [2].
  • Jean-Marie Pesez et Emmanuel Le Roy Ladurie, Les villages désertés en France : vue d'ensemble , dans Économies, Sociétés, Civilisations, 1965, vol.20, n° 2, pp. 257-290 [3].
  • Bibliographie de Demians d'Achimbaud, G.,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans Die Wüstungen des ausgehenden Mittelalters