Université de Pretoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Pretoria
Devise Ad Destinatum Persequor
Nom original Universiteit van Pretoria
University of Pretoria
Yunivesithi ya Pretoria
Informations
Fondation 1908
Type Université publique
Régime linguistique Afrikaans, Anglais
Localisation
Coordonnées 25° 45′ 13″ S 28° 13′ 47″ E / -25.753611, 28.229722 ()25° 45′ 13″ Sud 28° 13′ 47″ Est / -25.753611, 28.229722 ()  
Ville Pretoria
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Région Province de Gauteng
Campus Pretoria, Hammanskraal, Mamelodi, Witbank
Direction
Vice-Chancelier Cheryl de la Rey
Chiffres clés
Personnel 3 592
Étudiants 38 499
Undergraduates 28 252
Postgraduates 10 247
Divers
Particularités Surnom : Tuks ou Tukkies
Affiliation Association des universités africaines
Association of Commonwealth Universities
CDIO
Foundation of Tertiary Institutions of the Northern Metropolis
Higher Education South Africa
IAU Universities
Site web www.up.ac.za/

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
Université de Pretoria

Géolocalisation sur la carte : Gauteng

(Voir situation sur carte : Gauteng)
Université de Pretoria

L'université de Pretoria (en afrikaans : Universiteit van Pretoria) est une des plus importantes universités d'Afrique du Sud, située dans la province du Gauteng. Elle accueille environ 38 500 étudiants. Université exclusivement de langue afrikaans, elle s'est ouverte depuis 1994 aux autres langues.

Historique[modifier | modifier le code]

Merensky Bibliothèque

Historiquement, l'université de Pretoria était affiliée au Transvaal University College (TUC).

Le TUC était une institution de langue afrikaans depuis sa création en 1908. C'est en 1930 que l'université de Pretoria devient une institution distincte du TUC.

Localisation[modifier | modifier le code]

Old Arts Faculty Building, University of Pretoria.jpg

Le campus principal de l'université est situé à l'est de la ville de Pretoria, près des Union Buildings. Il comprend 60 bâtiments répartis sur 24 hectares.

Deux autres campus sont situés hors de Pretoria à Witbank (Mpumalanga) depuis 1988 et Hammanskraal (municipalité de Tshwane) depuis 1993.

Un troisième campus, celui de Mamelodi, relève depuis janvier 2004 de l'université de Pretoria.

Profil des étudiants[modifier | modifier le code]

En 2001, 69 % des étudiants de l'université de Pretoria sont blancs mais le pourcentage d'Africains (31 %) croît d'année en année alors que seulement 54 % des étudiants préfèrent suivre un enseignement en afrikaans contre 46 % en anglais.

L'université de Pretoria est composé de 30 000 étudiants résidents (53 % de sexe féminin) sur le campus mais 29 mille autres étudiants (95 % de noirs) suivent des cours d'enseignements par correspondance.

L'université de Pretoria est la plus grande université de langue afrikaans du pays mais également la plus grande université en langue anglaise. Plus de mille étudiants étrangers (600 d'Afrique), représentant 60 pays, résident sur le campus.

Un bastion conservateur de culture afrikaans[modifier | modifier le code]

Le monument équestre de Danie de Jager, autrefois située sur Strijdom Square à Pretoria, a été transféré en 2008 sur le campus de l'université devant le centre sportif LC de Villiers

Lors des élections universitaires de 2005 (élection du Conseil représentatif des étudiants), le Front de la liberté (Freedom Front Plus - FF+) a emporté la majorité des suffrages. Il s'agit de sa neuvième victoire consécutive.

Avec 5000 voix obtenus (sur 9300 exprimés) représentant 55 % des suffrages, le Front de la liberté a gagné plus de 2000 voix en un an et a bénéficié du contexte municipal, lié à la volonté de la mairie de faire disparaître le nom de Pretoria pour le remplacer par celui de Tshwane, et du contexte national concernant la politique d'anglicisation des anciennes universités de langue afrikaans.

Le Conseil représentatif de 17 membres est composé pour l'année 2005-2006 de six étudiants noirs pour 11 étudiants blancs et deux noirs (sur cinq) siègent à la présidence du conseil.

Mais la direction de l'université refusa de reconnaître le nouveau secrétariat général (organe exécutif) du conseil représentatif des étudiants prétextant qu'elle était raciste voire sexiste. En effet, du fait de la victoire du FF+, le secrétariat général à direction tricéphale était composé uniquement de trois étudiants blancs (deux garçons et une femme, membres du FF+).

Le conseil représentatif fut finalement réorganisé et un étudiant noir remplaça un étudiant blanc du FF+, faisant perdre à ce dernier sa majorité absolue en siège.

Lien externe[modifier | modifier le code]