Turnus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un poète satirique porta aussi ce nom sous Néron et Vespasien.

Enée terrassant Turnus peinture de Luca Giordano.

Turnus était le roi des Rutules d'Ardée, qui s'opposa à l'installation du Troyen Énée et de ses compagnons dans le Latium. Frère de la nymphe Juturne, il s'agit d'un personnage important de l’Énéide de Virgile.

Présentation[modifier | modifier le code]

Turnus était promis à Lavinia, la fille de Latinus, roi des Laurentes, premiers habitants du latium ; aussi, quand Latinus décida de marier sa fille au nouvel arrivant, Énée, Turnus fou de rage parcourut l’Italie à la recherche d’alliés, puis décida d'attaquer les Troyens. Passé de promis à prétendant, les Rutules commencèrent par assiéger le campement où s'étaient établis les Troyens, sans succès. Puis, par la suite, Énée et ses compagnons assiégèrent à leur tour la cité de Turnus, qui accepta de se battre en duel contre Énée.

Ce dernier accepta et tua Turnus au terme d'un long combat, au tout dernier vers de l'œuvre.

Références littéraires à Turnus[modifier | modifier le code]

Dante cite Turnus au Chant I de l’Enfer, première partie de la Divine Comédie :

« ...mais de sagesse, d’amour et de vertu, et sa patrie sera entre Feltre et Feltre, il sera le salut de cette humble Italie pour qui, blessés, moururent la vierge Camille, Euryale, Turnus et Nisus[1]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commedia, Inf. I, 108 (texte original) - Trad. Lamennais