Tiberius Iulius Celsus Polemaeanus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une statue de marbre de Celsus, aujourd'hui dans le Musée archéologique d'Istanbul.

Tiberius Iulius Celsus Polemaeanus, Τιβέριος Ιούλιος Κέλσος Πολεμαιανός en grec ancien[1], connu sous le nom de Celsus, est un ancien citoyen gréco-romain. Né vers 45 et décédé avant l'an 120, il devient sénateur romain[2],[3] et sert comme consul en 92 et proconsul d'Asie vers 105-106. Celsus Polemaeanus est un riche citoyen populaire d'Éphèse dont il est le bienfaiteur et sa dépouille repose dans un sarcophage en contrebas de la célèbre bibliothèque de Celsus[4], qui a été construite comme un mausolée en son honneur par son fils Tiberius Iulius Aquila Polemaenus[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né vers 45 dans une famille d'origine grecque[5],[6],[7], soit à Éphèse, soit à Sardes[6]. Des membres de sa famille occupent des prêtrises à Rome et sont à l'origine de Sardes en Asie mineure[8]. Ils obtiennent la citoyenneté romaine et certains membres de sa famille occupent des positions officielles au service de l'Empire romain[8].

En l'an 69, lors de l'année des quatre empereurs, alors que Celsus commence sa carrière équestre, lui et sa légion font partie de ceux qui acclament Vespasien empereur romain. Une fois que ce dernier a consolidé sa position, il récompense Celsus en l'élevant au rang de sénateur romain[8].

Il poursuit alors une carrière sénatoriale, étant notamment préteur puis praefecti aerarii militaris vers 85-87[9], qui le mène jusqu'au poste de consul suffect en l'an 92 sous le règne de Domitien[8].

En l'an 105 environ, il est nommé proconsul d'Asie par l'empereur Trajan[3],[4].

Il a un fils, Tiberius Iulius Aquila Polemaenus[5], consul suffect en 110[8].

Il décède probablement avant l'an 117, date du début de la construction de la bibliothèque par son fils, et avant l'an 120, date de son inauguration[10].

Bibliothèque de Celsus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bibliothèque de Celsus.

Elle est construite à Éphèse en son honneur après sa mort par son fils, avec des fonds de leur fortune personnelle[11] provenant d'une importante somme d'argent qui a légué pour sa construction[4].

La bibliothèque est construite pour stocker 12 000 rouleaux et servir par ailleurs de monumental tombeau pour Celsus. La bibliothèque est à la fois une crypte contenant son sarcophage et une monumen sépulcral de Celsus[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heikki Solin, CIL, Walter de Gruyter, 2003, p. 1131 (ISBN 978-3-110-15244,9).
  2. Werner Eck et Matthäus Heil, Senatores populi Romani: Realität und mediale Präsentation einer Führungsschicht : Kolloquium der Prosopographia Imperii Romani vom 11.-13, Franz Steiner Verlag, 2005, p. 267 (ISBN 978-3-515-08684-4).
  3. a et b Simon Swain, Hellenism and empire: language, classicism, and power in the Greek world, AD 50–250, Oxford University Press, 1998, p. 171 (ISBN 978-0-198-15231-6).
  4. a, b et c George Maxim Anossov Hanfmann, From Croesus to Constantine: the cities of western Asia Minor and their arts in Greek and Roman times, University of Michigan Press, 1975, p. 65 (ISBN 978-0-472-08420-3).
  5. a, b et c Wynne Williams Richard Wallace, The three worlds of Paul of Tarsus, Routledge, 1998, p. 106 (ISBN 978-0-415-13591-7).
  6. a et b John Nicols, Vespasian and the partes Flavianae, Issues 28–31, Steiner, 1978, p. 109 (ISBN 978-3-515-02393-1).
  7. Bettie Forte, Rome and the Romans as the Greeks saw them, American Academy in Rome, 1972, p. 260 (OCLC 560733).
  8. a, b, c, d et e Simon Swain, Dio Chrysostom: Politics, Letters, and Philosophy, Oxford University Press, 2002, p. 57 (ISBN 978-0-199-25521-4).
  9. Mireille Corbier, L'aerarium saturni et l'aerarium militare. Administration et prosopographie sénatoriale, Publications de l'École française de Rome, 1974, « Les notices individuelles, l'administration du trésor militaire ».
  10. Ephesus: An OTTI Travel Company, « Celsus Library: Ephesus Turkey », Ephesus.us. 2009.
  11. Yun Lee Too, The idea of the library in the ancient world, Oxford University Press, 2010, p. 213 (ISBN 978-0-199-57780-4).
  12. Elzbieta Makowiecka, The origin and evolution of architectural form of Roman library, Wydaw-a UW, 1978, p. 65 (OCLC 5099783).