Tanistrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La tanistrie est une loi de succession coutumière qui fut pratiquée sous une forme ou sous une autre par certains groupes celtes et pictes. Elle fut également une coutume germanique durant le Moyen Âge.

Suivant cette coutume, le successeur d’un roi ou d’un chef de clan doit être choisi parmi sa parenté, mais de préférence parmi des collatéraux (frères, cousins, neveux) plutôt que parmi ses descendants directs. Le successeur est en général choisi du vivant du chef précédent et est alors appelé tanist. La loi précise généralement que le tanist (scot tànaise), ne doit souffrir d’aucune infirmité mentale ou physique, et qu’il doit être reconnu comme le plus méritant parmi les candidats. Suivant les cas, il est choisi par le roi précédent lui-même ou par un conseil des anciens, des chefs et des princes.

Qualité et défaut du système[modifier | modifier le code]

Dynastie Mac Alpin

Si la loi permet de choisir un homme puissant en s'assurant en particulier qu’il s’agit toujours d'un adulte, elle est en revanche source de conflits violents en cas de désaccord, puisqu’elle ne précise aucune hiérarchie parmi les successeurs potentiels.

Les premiers rois écossais en firent par exemple les frais, puisque pendant la période où elle fut appliquée, au moins cinq rois en exercice furent assassinés pour un problème de succession et de nombreux prétendants potentiels éliminés préventivement par le meurtre, parfois sur ordre du roi lui-même. La couronne passe sans cesse d'une branche de la famille à l'autre, et à chaque génération, les cousins n'hésitent pas à s'étriper les uns les autres. Entre 843 et 1005, temps où la tanistrie s'appliqua en Écosse, seuls deux souverains sur quatorze moururent dans leur lit.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Le nom — originaire du gaélique tana : seigneurie, autorité — perdure encore dans les titres du premier ministre Irlandais, le Taoiseach et de son suppléant, le Tánaiste.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Warlords and Holy Men Scotland AD 80~1000 Edinburgh University Press (1984) ISBN 0748601007 Table 4 Kings of Scotland AD 850~1050 Pages 220 & 221.