Spiral Jetty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spiral Jetty
Image illustrative de l'article Spiral Jetty
Spiral Jetty, vue depuis Rozel Point vers la mi-avril 2005.
Artiste Robert Smithson
Date 1970
Type Sculpture
Technique Land art
Localisation Grand Lac Salé, Salt Lake City, Utah (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Coordonnées 41° 26′ 16″ N 112° 40′ 08″ O / 41.43778, -112.66889 ()41° 26′ 16″ N 112° 40′ 08″ O / 41.43778, -112.66889 ()  

Géolocalisation sur la carte : Utah

(Voir situation sur carte : Utah)
Spiral Jetty

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Spiral Jetty

Spiral Jetty (en français : « Jetée en spirale ») est une œuvre de Land art réalisée par le sculpteur américain Robert Smithson en 1970, située au bord du Grand Lac Salé.

Description[modifier | modifier le code]

Spiral Jetty prend la forme d'une spirale de 457 m de long[1] et de 4,6 m de large, s'enroulant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Bâtie à l'aide de boue, de cristaux de sel, de rochers de basalte, de bois et d'eau, elle est située au nord-est du Grand Lac Salé près de Rozel Point à Salt Lakef Utah, aux États-Unis[2] ; s'avançant en saillie à partir de la rive du lac, Spiral Jetty est visible lorsque l'altitude de sa surface descend en dessous de 1 280 m[3].

Au moment de sa construction, le niveau de l'eau du lac était anormalement bas à cause d'une sécheresse. Au bout de quelques années, le niveau est remonté à la normale et a submergé l'œuvre pendant une trentaine d'années. À la suite d'une autre sécheresse, la jetée a émergé à nouveau en 2003 et est restée complètement exposée à l'air libre pendant presque un an. Le niveau de l'eau est monté à nouveau au printemps 2005 et a partiellement submergé l'œuvre une nouvelle fois.

Originellement composée de roche basaltique noire sur une eau rougeâtre, Spiral Jetty apparait maintenant largement blanche sur fond rose à cause des incrustations de sel et du niveau inférieur du lac.

Construction[modifier | modifier le code]

Smithson aurait choisi le site de Rozel Point à cause de la couleur rouge de ses eaux et de sa correspondance avec la mer primitive. La teinte rouge provient de la présence d'une bactérie résistante au sel et d'une algue qui prospère dans les 27 % de salinité du nord du lac, isolé de sources d'eau douce depuis la construction d'une digue par la Southern Pacific Railroad en 1959.

Smithson aurait également été attiré par les vestiges industriels du Golden Spike National Historic Site tout proche et sa beauté dénuée de bucolisme, ainsi que par un ancien ponton et quelques tours de forage pétrolier abandonnées[4].

L'œuvre fut financée en partie par un don de 9 000 $ de la Virginia Dawn Gallery de New York. Le site se vit accorder un bail de 20 ans. Pour déplacer les 6 550 tonnes de rochers dans le lac, Smithson engagea Bob Phillips, habitant à proximité à Ogden, qui utilisa deux dumpers, un grand tracteur et un chargeur. La construction a débuté en avril 1970 et dura six jours.

Smithson mourut dans un accident d'avion trois ans après avoir terminé la jetée[5]. La sculpture est actuellement la possession de la Dia Art Foundation à New York, après l'avoir acquise des descendants de Smithson en 1999[6].

Préservation[modifier | modifier le code]

Personne se tenant au milieu de Spiral Jetty, photographiée depuis le rivage.

Du fait de son exposition actuelle aux éléments et des dégâts provoqués par un nombre croissant de visiteurs, la préservation de Spiral Jetty a été évoquée. La décoloration des rochers et la baisse du niveau du lac ayant altéré les couleurs, il a été proposé de renforcer la sculpture et de restaurer ses couleurs initiales en ajoutant de nouveaux rochers, tout en conservant l'esprit de l'original. Sans ces additions, on estime que l'œuvre sera à nouveau submergée lorsque la sécheresse sera passée.

La pertinence de cette opération est compliquée par les déclarations ambiguës de Smithson, qui a exprimé son admiration pour l'entropie et qui destinait ses travaux à limiter les caractéristiques terrestres, tout en leur épargnant les perturbations et la destruction.

En 2008 ont été annoncés des possibles forages pétroliers exploratoires à une dizaine de km de Spiral Jetty[7]. Cette décision a rencontré une forte résistance de la part de la communauté artistique, et l'État de l'Utah a reçu plus de 3 000 courriels à ce sujet, la plupart s'opposant aux forages[8].

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. T. Green, « The Jetty », ArtsJournal.com (consulté en 29/03/2009)
  2. « Spiral Jetty », Robert Smithson (consulté en 29/03/2009)
  3. W. F. Case, « Pink Water,White Salt Crystals,Black Boulders,and the Return of Spiral Jetty! », Utah Geological Survey (consulté en 29/03/2009)
  4. M. Kimmelman, « The Way We Live Now: 10-13-02: Phenomenon; Out of the Deep », The New York Times,‎ 13/10/2002 (consulté en 29/03/2009)
  5. A. Pagel, « The Immobile Cyclone: Robert Smithson's Spiral Jetty », National Park Service (consulté en 29/03/2009)
  6. « Spiral Jetty », The Center for Land Use Interpretation (consulté en 29/03/2009)
  7. R. Kennedy, « Artists Rally for Spiral Jetty in Utah », The New York Times (consulté en 29/03/2009)
  8. K. Johnson, « Plans to Mix Oil Drilling and Art Clash in Utah », The New York Times,‎ 27/03/2008 (consulté en 29/03/2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]