Chargeur sur pneus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chargeur.
Chargeur Case 921C.

Un chargeur sur pneus, ou chargeuse sur pneus est un engin de chantier sur pneus. Il comporte un corps automoteur articulé et une benne de grande taille à l'avant. Celle-ci, aussi appelée godet, peut effectuer un mouvement vertical et pivoter autour de son axe porteur.

Les imposantes roues du chargeur, mues par un moteur puissant, permettent la pratique de tous types de terrain suffisamment durs et une poussée importante vers l'avant.

Origine[modifier | modifier le code]

Le premier chargeur sur pneus a été développé en 1957 par les frères Louis et Cyril Keller pour un éleveur de volaille dans le Minnesota[1]. Il s'agissait d'un véhicule a trois roues (Deux roues motrices à l'avant et un essieux directionnel à l'arrière). En 1960 Louis Keller crée le modèle M400 avec un essieu arrière moteur ce qui donne véritablement naissance aux chargeur modernes.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Travaux publics[modifier | modifier le code]

Très largement utilisé dans les chantiers de terrassement, il permet, outre le chargement des camions, de créer, modifier, et déplacer de manière rapide des tas de terres excavées.

Opérations portuaires[modifier | modifier le code]

Le chargeur est utilisé sur les navires vraquiers à la fin du déchargement, au lieu des pelleteuses et autres engins à chenilles qui sont plus adaptés à rouler sur des cargaisons instables ; le chargeur, permet de décoller la cargaison collée aux parois et sur le sol de la cale, car ses pneus font moins de dommages.

Travaux souterrains[modifier | modifier le code]

Un charge-et-roule

Pour l'exploitation des mines et pour excaver des tunnels, on utilise un type particulier de chargeuse, appelé charge-et-roule (de) ; il s'agit d'une chargeuse étroite et basse, sur laquelle le conducteur est placé latéralement. Il existe des versions électriques de ces engins, alimentés par un câble à enrouleur sur la machine, pour palier les inconvénients liés au diesel, notamment les gaz d’échappement et les surchauffes.

Source[modifier | modifier le code]

  1. Le Moniteur du 26-07-2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :