Simone Boccanegra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boccanegra.
Représentation possible de Simon Boccanegra au Palazzo San Giorgio (Gênes)

Simone Boccanegra (1301 -1362, mort empoisonné), issu des Boccanegra, une famille illustre mais roturière de Gênes, fut le premier doge de Gênes, élu le 24 septembre 1339, en remplacement des capitaines du peuple (Abbati). Son palais est visible via della Maddalena.

Histoire[modifier | modifier le code]

Simone Boccanegra eut à combattre les Doria, les Spinola, du parti gibelin comme lui, ainsi que les Grimaldi et les Fieschi, chefs du parti guelfe, qui constituaient les quatre grandes familles nobles de la cité. Il fut assiégé par eux dans Gênes, et forcé de se démettre du pouvoir le 23 décembre 1344 ; il se retira à Pise, d'où il revint bientôt pour armer son parti, et réussit en 1356 à rétablir sa puissance.

Vers 1357, il défit Charles Grimaldi, seigneur de Monaco et amiral de France. À la mort de ce dernier, Boccanegra et les Génois purent récupérer le rocher.

Sous son administration, les Gênois firent la conquête de l'île de Chios, et défirent les Tartares qui avaient mis le siège devant Caffa.

Il mourut empoisonné en 1362.

Il est également célèbre grâce à l'opéra Simon Boccanegra de Giuseppe Verdi.

Sources[modifier | modifier le code]