Sextine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La sextine est une forme poétique, composée de six sizains, dont les mots en fin de vers restent les mêmes, mais répartis selon un ordre différent : mathématiquement parlant, il s'agit d'une permutation d'ordre 6[1].

La première sextine est l'œuvre du troubadour Arnaut Daniel au XIIe siècle[2]. Forme particulière du canso, elle fut notamment utilisée par Dante et Pétrarque, qui fixèrent son nom[3], puis Luís de Camões, Ezra Pound, Joan Brossa et Louis Zukofsky[1].

Système de la sextine selon Arnaut Daniel.
À gauche, l'ordre des rimes de la première strophe. Au centre, le système de rotation des rimes appliqué à chaque strophe. À droite, l'ordre des rimes des cinq strophes suivantes.

L'Oulipo s'est également emparé de cette contrainte. Raymond Queneau la généralise en inventant la quenine, modifiant le nombre de strophes, Oskar Pastior l'étend aux syllabes et phonèmes avec sa minisestina (mini-sextine)[4], Ian Monk la combine avec les mots nombrés pour les « monquines »[5], et Hervé Le Tellier se base sur elle pour la structure de son livre La Chapelle Sextine[6].

Il existe des sextines visuelles, comme celle qui ouvre Mai quai Conti, de Michèle Audin[7].

Il existe des 2-ines (ou didines[8]), des terines, des quintines[9].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Oulipo, Atlas de littérature potentielle : Jacques Roubaud, « La Quenine », Folio essais, 2003, p. 243
  2. Ongle et oncle d'Arnaut Daniel (sextine) sur le blog « Terres de femmes »
  3. Jacques Roubaud, La Fleur inverse. L’art des troubadours, Les Belles Lettres, Collection Architecture du verbe, 1994, cité in Ongle et oncle d’Arnaut Daniel (sextine)
  4. « minisextine » sur le site oulipo.net
  5. Ian Monk sur fatrazie.com
  6. Hervé Le Tellier, Esthétique de l'Oulipo, Le Castor Astral, 2006, p.217.
  7. Michèle Audin, Mai quai Conti, 2011.
  8. Par exemple dans les "Opéras-minute" Théâtre Typographique de Frédéric Forte
  9. Dans "Rationnel mon Q" Hermann de Ludmila Duchêne et Agnès Leblanc

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Audin, Poésie, spirales et battements de cartes [1], 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]