SIG-550

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SIG-550
Image illustrative de l'article SIG-550
Présentation
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Type semi-automatique
automatique
rafale de 3 coups
Munitions 5,6 mm Suisse (Milice suisse)
5,56 mm OTAN (version export)
Fabricant Swiss Arms
Période d'utilisation 1990 - présent
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 4,100 kg
Longueur(s) 1 000 mm (crosse dépliée)
772 mm (crosse repliée)
Longueur du canon 528 mm
Caractéristiques techniques
Mode d'action emprunt de gaz
culasse rotative
Portée maximale 3 300 m
Portée pratique 600 m
Cadence de tir 600 ou 900 coups par minute
Vitesse initiale 905 m/s
Capacité 20 à 30 coups (ou 100 coups)

Le SIG-550 est le fusil d'assaut officiel de l'armée suisse (Fusil d'Assaut ; F ass 90) fabriqué par Swiss Arms (anciennement SIG Arms AG). Conçu dans les années 1980, il fut introduit progressivement dès 1988 dans l'armée suisse, remplaçant ainsi le Stgw 57/Fass 57 (également construit par SIG). Après maintenant vingt ans de service actif, le SIG 550 a été décliné en différentes versions, vendu à plusieurs groupes d'intervention, et reste un excellent fusil d'assaut. SIG continue d'ailleurs à l'offrir à l'export et il est encore son produit phare en matière d'armes d'épaule.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Sig-550 fut précédé dès les années 60 du prototype SG 530-1, jamais mis en production, puis des versions SIG-Manurhin SG-540/542/543 destinée à l'exportation dès leur conception[1] et fabriqués en France.

Technique[modifier | modifier le code]

Le SIG 550 réglementaire en Suisse utilise le 5,6 mm Suisse, conçu pour une portée normale de 300 mètres. Les versions "Export", chambrent la 5,56 mm OTAN . Une intéressante caractéristique des SIG 550/551/552 réside dans leur magasin en plastique translucide (20 et 30 coups) qui peuvent être imbriqués pour faciliter un rechargement rapide. Le SIG 550 est efficace jusqu'à 400 mètres avec l'emploi de la hausse tambour et du guidon (600 m avec une lunette).

Ses principales qualités sont l'entretien facilité et la précision, certes obtenue au détriment de la légèreté et de la maniabilité, primordiales en combat urbain. C'est une arme conçue pour des combats de type "guérilla" avec tireurs embusqués, mobiles, apparentés aux snipers. Il est d'ailleurs possible de monter une lunette sur le SIG-550.Tous disposent d'un sélecteur de feu permettant de choisir le mode de tir désiré : semi-automatique, rafale de trois coups, automatique ou sécurité. Ils peuvent de plus accueillir différents appareils d'aide à la visée à la place de leurs organes de tir standards. Ils sont cependant équipés d'une sécurité empêchant le tireur civil d'utiliser l'arme en rafale 3 coups ou en automatique, question de sécurité. L'achat d'une arme pouvant tirer en rafales est soumis à un permis (interdit en Suisse sauf permis spécial).

Leurs magasins sont conçus dans un matériau plastique translucide afin que le tireur puisse d'un coup d'œil évaluer combien de cartouches il reste dans son magasin (qui en contient initialement 20 ou 30). Plusieurs magasins peuvent être encastrés les uns contre les autres, bien que généralement les utilisateurs ne dépassent pas trois exemplaires à cause de la gêne engendrée par trop de magasins supplémentaires. La crosse des différents SIG est creuse et repliable pour faciliter leur transport.

Il est conçu pour permettre à un tireur débutant de loger ses 20 premières cartouches dans une cible de 50 cm de diamètre à 300 m.

Il peut être équipé du lance-grenades M203 américain en dotation dans l'armée suisse.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Outre le fait qu'il est l'arme d'ordonnance de l'armée suisse, le SIG 550 est proposé à l'exportation sous différentes versions. De nombreux commandos, parmi lesquels les Commandos marine français qui l'utilisent en version courte.

Dérivés[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raids (magazine), Hors-série n°28, les fusils d'assaut, tome 2, Les fusil d'assaut suisses SIG 540/542/543, par Charles Drouhin, p.46