Rocher de la Vierge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rocher de la Vierge
Image illustrative de l'article Rocher de la Vierge
Présentation
Période ou style Curiosité naturelle
Destination actuelle Lieu emblématique touristique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Localité Biarritz
Localisation
Coordonnées 43° 29′ 03″ N 1° 34′ 13″ O / 43.484127, -1.57031543° 29′ 03″ Nord 1° 34′ 13″ Ouest / 43.484127, -1.570315  

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Rocher de la Vierge

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Rocher de la Vierge

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rocher de la Vierge

Le rocher de la Vierge est une curiosité naturelle touristique en forme de longue coque de navire, surplombée par une statue de la Vierge. C'est un monument emblématique de la ville de Biarritz dans les Pyrénées-Atlantiques. Du haut de ce rocher, on peut admirer toute la baie de Biarritz, sa Grande Plage d’un côté et de l’autre, la côte basque jusqu’aux Pyrénées.

Situation[modifier | modifier le code]

Le rocher est situé sur la commune de Biarritz, entre le Port-Vieux et le Port des pêcheurs. Les deux ports sont séparés par le rocher de l'Atalaye, sommet du promontoire dominant la mer, qui servait de lieu d'observation des baleines, et percé d'un tunnel de 75 mètres, creusé à l'initiative de Napoléon III en 1864. Le rocher est accessible par une passerelle ; il est possible de le traverser grâce à un tunnel.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, le rocher, dénommé rocher de Cucurlon[1] était une presqu'île[2]. C'est l'empereur Napoléon III qui fait percer le rocher pour la construction d'un port-refuge et d'une digue. Un viaduc de 76 mètres est construit pour relier le rocher à la côte. En 1865 y sont érigées quelques croix et une statue de la Vierge, des ateliers Ducel et Fils de Bordeaux[2], et achetée à l'exposition franco-espagnole de Bayonne La Vierge est bénie le 11 juin 1865, par le curé de Biarritz, l'abbé Casaux. En 1887 une passerelle métallique, attribuée à tort aux ateliers Eiffel[2], remplace une ancienne passerelle en bois datant de 1863.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cucurlon provient du gascon « hauteur, point culminant »
  2. a, b et c Michel Fabre, Petite Histoire de Biarritz, des origines à nos jours, éditions des régionalismes,‎ 2009 (ISBN 2-84618-499-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :