Religion civile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La notion de religion civile désigne une religiosité générique, fédératrice, destinée à rassembler un maximum de citoyens dans une "communauté imaginée". Elle remonte à Jean-Jacques Rousseau (1712-1778).

Dans le livre 4 du Contrat Social (1762), Rousseau imagine dans le chapitre 8 ce que pourrait être une religion consensuelle, à vocation unificatrice. La religion civile apparaît, pour lui, comme le garant du lien social, le gage et le socle qui viabilise le vivre-ensemble de la communauté citoyenne. Nécessaire, cette religion ne saurait pour autant être exclusive, elle peut cohabiter avec d’autres croyances, d’autres religions  : « Chacun peut avoir, au surplus, telles opinions qu’il lui plaît, sans qu’il appartienne au souverain d’en connaître  : car, comme il n’a point de compétence dans l’autre monde, quel que soit le sort des sujets dans la vie à venir, ce n’est pas son affaire, pourvu qu’ils soient bons citoyens dans celle-ci ».
Cette notion a ensuite été transposée dans différents contextes nationaux, notamment en France. Mais c’est aux États-Unis que s’est développée la réflexion la plus riche et continue sur la religion civile. Comment souder une mosaïque de populations, sans unité linguistique, religieuse, culturelle? La fonction sociale de la religion civile imaginée par Rousseau s’avérait dès lors essentielle.

Dans le contexte américain, la religion civile a été repensée et développée à partir de 1967 par le sociologue Robert Bellah. À l’appui de son hypothèse, ce dernier cite cet extrait de l’autobiographie de Benjamin Franklin (1706-1790) :
« Je n’ai jamais été dépourvu de principes religieux. Je n’ai jamais douté, par exemple, de l’existence de la Divinité, du fait qu’il a créé le monde et qu’il le gouverne au travers de sa Providence. Je n’ai jamais douté que le meilleur service que l’on puisse rendre à Dieu est de faire du bien à son prochain, que nos âmes sont immortelles, et que tout crime sera puni, tandis que la vertu sera récompensée, dans ce monde ou dans l’autre. Ces éléments, je les considère comme les principes essentiels de toute religion. On peut les trouver dans toutes les religions présentes dans notre pays, et je les respecte toutes, bien qu’à des degrés divers. En effet, je trouve qu’il se mélange plus ou moins dans ces religions d’autres éléments que ceux qui entendent inspirer, promouvoir ou confirmer la moralité. Ces éléments (superflus) servent principalement à nous diviser, et à nous opposer les uns les autres ».
Dans ces propos, Robert Bellah voit les principaux traits de la religion civile théorisée par Jean-Jacques Rousseau : le souci d'éléments symboliques fédérateurs, qui soutiennent la moralité et la citoyenneté, évitant les ferments de division.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert N. Bellah, « Civil Religion in America », Daedalus, 96 (1), 1967, p.1 à 18
  • Sébastien Fath, article "Religion Civile", dans Danièle Hervieu-Léger, Régine Azria (dir.), Dictionnaire du fait religieux, Paris, PUF, 2010, p.1029-1036
  • Jean-Paul Willaime, « La religion civile à la française et ses métamorphoses », Social Compass, Vol. 40, No. 4, 1993, p.571-580