Pression de sélection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la théorie de l'évolution, le concept de pression de sélection désigne un phénomène qui se traduit par une évolution des espèces vivantes soumises à certaines contraintes environnementales. De façon imagée, on peut voir ces contraintes environnementales comme une force qui « pousse » l'espèce à se transformer dans une direction donnée, d'où le terme de pression.

On peut distinguer deux principaux types de pressions de sélection :

  • les pressions de sélection exercées par les autres êtres vivants appartenant à l'écosystème dites pressions biotiques (prédateurs, parasite, compétiteur) ;
  • les pressions de sélection dues à des facteurs non-vivants (comme la composition chimique de l'environnement, la températureetc.) dites pressions abiotiques.

Les conditions extrêmes de vie dans le désert sont un exemple de pression de sélection abiotique : afin de se protéger de la chaleur et de la déshydratation, les espèces qui occupent cette niche écologique ont développé par exemple des mécanismes de régulation de la température interne du corps.

Les solutions auxquelles ont abouti les différentes espèces soumises à des pressions de sélection identiques sont parfois si analogues que l'on parle de convergence évolutive. C'est le cas par exemple du profil hydrodynamique très similaire des requins et des dauphins : alors que les premiers sont des poissons cartilagineux, les seconds sont des mammifères marins, ces deux groupes d'espèces sont soumis à des pressions de sélection similaires qui favorisent les individus se déplaçant de façon la plus efficace dans le milieu aquatique.

A posteriori, les pressions de sélections se reflètent dans les adaptations que présente une espèce donnée au cours de son évolution. Il faut toutefois garder à l'esprit que ce sont les individus qui sont soumis à des pressions de sélection et non l'espèce en elle-même, ce qui reviendrait à une forme de sélection de groupe. De fait, les pressions de sélection peuvent être intra-espèce, i.e., entre individus d'une même espèce. C'est par exemple le cas dans la sélection sexuelle : une pression de sélection importante et relativement répandue chez les vertébrés se manifeste par une tendance pour les mâles à augmenter leur masse corporelle, en effet les individus mâles les plus gros ont davantage de succès reproductif.

Enfin, il faut signaler que les multiples pressions de sélection qui s'exercent sur les individus d'une espèce peuvent avoir des effets antagonistes. La sélection sexuelle favorise par exemple les paons mâles porteurs d'une queue exubérante mais la sélection naturelle, via la menace des prédateurs, favorise au contraire les individus les plus à mêmes de se déplacer efficacement et de se dissimuler dans l'environnement.