PostFinance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

PostFinance

Description de l'image  PostFinance Logo.svg.
Création 1906
Slogan Mieux accompagné
Siège social Berne (Drapeau de la Suisse Suisse)
Direction Hansruedi Köng
Activité banque
Effectif 3'000
Site web postfinance.ch
Chiffre d’affaires 2'160 millions CHF[1]
Résultat net 448 millions CHF

PostFinance est l'organisme financier de la Poste Suisse.

Du "Service des chèques postaux" à l'établissement financier[2][modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, le commerce fonctionnait en Suisse selon le principe "Marchandises contre espèces". L’approvisionnement de la population en argent liquide était assuré par des transports de fonds et des coursiers.

Les besoins d’argent liquide ne cessant de croître, l’approvisionnement de l’économie en espèces ne suffisait plus. Le conseiller national et banquier bâlois Carl Koechlin déposa par conséquent une motion qui demandait l’institution d’un service des paiements fonctionnant sur tout le territoire de la Suisse.

C’est ainsi qu’est né le 1er janvier 1906 le "Service des chèques et des virements postaux" qui faisait partie intégrante de La Poste Suisse.

Historique[2][modifier | modifier le code]

  • 1906 : Début du trafic des paiements à la Poste
  • 1978 : Mise en service des cinq premiers Postomat
  • 1991 : Lancement de la PostFinance Card, plus communément appelée Postcard
  • 1997 : Lancement des fonds de PostFinance
  • 1998 : Lancement d'e-finance et des assurances-vie
  • 2001 : Lancement d'e-trading
  • 2003 : Lancement des hypothèques et du compte de prévoyance 3a
  • 2004 : Nouveau modèle de prix pour clients privés et clients commerciaux
  • 2009 : Lancement du paiement par mobile
  • 2010 : Lancement de l'iApp
  • 2013 : PostFinance devient une SA

Aperçu des produits[3][modifier | modifier le code]

PostFinance propose tout une offre de prestations pour la clientèle privée et commerciale :

  • Compte pour trafic de paiements en CHF et en monnaies étrangères
  • Compte d'épargne en CHF et en monnaies étrangères
  • Cartes de débit
  • E-services (E-Finance; Paiement par mobile; iApp pour iPhone)
  • Cartes de crédit
  • Versement, virement, prélèvement
  • Hypothèques (en sous-traitance)
  • Prévoyance (en sous-traitance)
  • Placements (fonds en sous-traitance)
  • Trading (en sous-traitance)
  • etc.

PostFinance possède des distributeurs automatique d'argent dans toute la Suisse. Ces appareils, appelés Postomat, permettent généralement d'effectuer, en plus des fonctions standard de retraits d'argent, d'autres opérations comme le rechargement de crédits pour son téléphone mobile.

Compte de WikiLeaks[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'affaire Wikileaks, PostFinance a fermé un compte de Julian Assange le 6 décembre 2010 au motif qu'il avait donné une fausse résidence en Suisse[4]. En fait, Assange n'a jamais eu d'adresse en Suisse. Ensuite, le site postfinance.ch a été fortement perturbé le 7 décembre 2010 suite à une attaque par déni de service en vertu de l'Operation Payback[5]. Plus tard, PostFinance a été critiquée parce que la cession d'une relation d'affaires est couverte par la politique de confidentialité et n'est pas destinée au grand public. Le bureau du procureur de Berne examinait courant décembre 2010 les événements[6].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]