Poney tibétain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poney tibétain
{{#if:
Poney tibétain monté par un enfant
Poney tibétain monté par un enfant

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Drapeau du Tibet Tibet
Caractéristiques
Taille 1,27 m en moyenne
Robe Généralement bai ou gris
Autre
Utilisation Traction, transport de marchandises et voyages

Le poney tibétain est une race de poney du Tibet. Très répandu, il est source d'orgueil et de prestige pour son propriétaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il descend de races anciennes, probablement partiellement du poney mongol et de poneys chinois, bien qu'il ait été élevé sans croisement pendant des années. Les poneys sont bien considérés par les populations locales, ils ont été traditionnellement utilisés à la fois par les riches tibétains et les paysans, de même que par les dalaï-lamas. Les poneys ont été envoyés comme cadeaux aux Empereurs chinois, surtout pendant les dynasties Ming et Tang.

Description[modifier | modifier le code]

Les poneys sont connus pour leur force et leur endurance incroyables pour leur taille, de même que leur agilité et leur élasticité. Ils sont surtout utilisés comme de petits animaux de traits, ainsi que pour le transport de marchandises et les voyages. La tête des poneys présente d'ordinaire une ligne de mâchoire prononcée, un profil droit, de petites oreilles et de petits yeux. Le cou est musculeux et un peu court, la poitrine est profonde, l'épaule est droite. Les poneys ont l'arrière-train puissant, et les jambes courtes et fortes avec les bonnes articulations. D’une hauteur de 1,27 m en moyenne, ils sont d'ordinaire bais ou gris, mais peuvent être de toute couleur unie.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Poney tibétain devant le dzong de Tingri

Le poney tibétain est avant tout un animal de travail, source de prestige et d'orgueil pour son propriétaire, il peut être monté, permet de transporter des charges et de dépiquer le grain. Au Tibet, sa valeur est beaucoup plus élevée que celle d'un Yak[1]. Il a été beaucoup croisé avec le Poney du Bhoutan et le Poney de Spiti pour créer un nouveau type appelé le poney d'Inde. Cependant, le Tibétain dans sa forme pure retient ses caractéristiques et son patrimoine individuels.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Ce poney est le héros du livre Phari: The Adventures of a Tibetan Pony, paru en 1936[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Blamont, « Qu'elle était verte ma vallée : le haut Mustang (Népal) en crise », dans Les montagnes tropicales: identités, mutations, développement : table-ronde, Bordeaux-Pessac, 27 et 28 novembre 1998, Presses Univ de Bordeaux,‎ (ISBN 2906621307 et 9782906621305), p. 76
  2. (en) M. E. Buckingham (ill. Kathleen Frances Barker), Phari: The Adventures of a Tibetan Pony, Country Life Limited,‎ , 134 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :