Pezizales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pezizales est le seul ordre de champignons Pezizomycetes filamenteux (c'est-à-dire formés d'hyphes) qui regroupe notamment les pézizes mais pas uniquement. On y trouve les appellations vernaculaires Morille, Pézize, Truffe, Gyromitre et Helvelle.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les asques sont operculées: un clapet au sommet des cellules reproductrices permet de libérer les spores à maturité.

Classement phylogénétique des pézizales[modifier | modifier le code]

Trois principales lignées évolutives ont été détectés dans l'ordre: (1) Pezizaceae et Ascobolaceae, (2) Helvellaceae, Morchellaceae, Tuberaceae, et Caloscypha (Otideaceae), et (3) Sarcoscyphaceae, Sarcosomataceae, Ascodes-midaceae, Glaziellaceae, Otideaceae et Pyronemataceae.

Les trois clades de l'ordre unique des Pézizales[modifier | modifier le code]

Les Pezizomycetes ne comprennent qu'un seul ordre, les Pezizales, qui renferme toutes les espèces avec des asques operculés[1]. La plupart des espèces produisent des apothécies, à l'exception de genres hypogés comme Tuber qui forment des ascocarpes globuleux mais qui présentent au cours de leur formation un stade similaire aux apothécie. Les taxons prototuniciés (par exemple les Tuber), trouvent leur origine à plusieurs reprises au cours de l'évolution du clade[2],[3]. Les pézizomycetes n'ont jamais été fortement soutenus dans les phylogénies ADNr, différentes études produisant des groupements à la fois paraphylétiques et monophylétiques[4]. Ces caractères élargissent l'échantillonnage et ne fournissent qu'un soutien modéré à la création d'une classe caractéristique par ses asques operculés. Ces données ne fournissent pas un appui solide à l'existence de trois sous-clades majeurs au sein de l'ordre des Pezizales[5]. La majorité des espèces Ascomycètes qui forment des ectomycorhizes sont membres des Pezizales, mais l'écologie et le mode définitif nutritionnel pour de nombreuses espèces de cette classe n'est pas bien caractérisé et est largement extrapolé à partir des autres taxons. S'appuyant sur leur large éventail d'habitats (par exemple les forêts, l'aménagement paysager en milieu urbain, etc), les substrats (par exemple le sol, le bois, la bouse de vache, etc) et les stratégies de développement (par exemple sur la dépendance des forêts anciennes, la fructification après les incendies, etc), les Pezizales englobent probablement toute une gamme de saprophytes aux écologies ectomycorhiziennes similaires aux Agaricales[6].

Phylogramme des Pézizales[modifier | modifier le code]

Classement classique des Pezizales[modifier | modifier le code]

Selon ITIS:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Landvik et al. 1997, Eriksson 2006
  2. (en) O'Donnell et al., « Phylogenetic relationships among ascomycetous truffles and the true and false morels inferred from 18S and 28S ribosomal DNA sequence analysis », Mycologia,‎ 1997
  3. (en) Hansen et al., « Phylogenetics of the Pezizaceae, with an emphasis on Peziza », Mycologia,‎ 2001
  4. (Landvik et al. 1997, Gernandt et al. 2001, Lutzoni et al. 2004
  5. , ce qui concorde avec Landvik et al., 1997
  6. Spataphora et al., A five-gene phylogeny of Pezizomycotina, 2006