Pauvre Pierrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pauvre Pierrot

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Image extraite du film

Réalisation Émile Reynaud
Scénario Émile Reynaud
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre animation - comédie - pantomime
Sortie 1892
Durée environ 15 minutes (film original)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pauvre Pierrot est un court métrage de dessin animé réalisé par Émile Reynaud en 1891 et projeté pour la première fois le 28 octobre 1892. Ce métrage utilise le procédé du théâtre optique, permettant à Reynaud de projeter un film peint, à la main, en couleur alors que le cinématographe n'existait pas encore. Les projections sont accompagnées au piano par des musiques spécialement écrites par le compositeur Gaston Paulin. Des tiges d’argent disposées sur la bande flexible à des moments clés actionnent un bruiteur qui, à l’aide d’un électro-aimant, produit, par exemple, le bruit des coups portés par Arlequin à Pierrot.

Ce film fait partie de la première programmation des Pantomimes Lumineuses dont les projections eurent lieu au Cabinet fantastique du musée Grévin de novembre 1892 à février 1894. Cette programmation comprenait deux autres films qui ont disparu : Un Bon bock (peint en 1888) et Clown et ses chiens (peint en 1890).

La bande originale a été donnée en 1926 par la famille Reynaud au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Elle est conservée aux Archives françaises du film du CNC et n'a jamais fait l'objet d'une numérisation. Plusieurs copies grandeur nature, pour des reconstitutions de théâtre optique, et deux adaptations en format 35 mm ont été réalisées par Julien Pappé et ses collaborateurs au studio Magic Films. Les adaptations cinématographiques ne dure que 4 minutes. La première adaptation, réalisée en 1993 comporte des recadrages qui ne sont pas d'origine. La seconde a été réalisée en 1996, elle a été numérisée et est diffusée par les Archives françaises du film[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une nuit, Arlequin vient voir son amour, Colombine. Mais, alors que Pierrot frappe à la porte, Arlequin se cache. Pierrot offre des fleurs à Colombine puis s'en va. Peu aprés, Pierrot, revient pour jouer de la mandoline à Colombine, mais Arlequin lui fait peur avec un bâton, et le pauvre homme s'enfuit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.emilereynaud.fr/index.php/post/Le-Th%C3%A9%C3%A2tre-optique-Reconstitutions

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Kermabon (dir.) et Jean Rubak, Du praxinoscope au cellulo : un demi-siècle d'animation en France (1892-1948), CNC,‎ septembre 2007, 351 p. (ISBN 978-2912573407, notice BnF no FRBNF41307134), p. 14-19
  • Georges Sadoul (dir.) et Paul Reynaud, Émile Reynaud, Peintre de Films, Cinémathèque Française, coll. « Coll. Les Maîtres du Cinéma »,‎ 1945, 1e éd., p. 64

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :