Palais de Linlithgow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

55° 58′ 42.6″ N 3° 36′ 04″ O / 55.9785, -3.60111 ()

Vue du palais depuis Cockleroy Hill

Le palais de Linlithgow est une ancienne résidence royale d'Écosse située à Linlithgow, dans le West Lothian, à environ 25 kilomètres à l'ouest d'Édimbourg. Partiellement détruit au XVIIIe siècle lors de la guerre entre les partisans des Stuarts et le duc de Cumberland, il fait aujourd'hui partie des monuments nationaux de Grande-Bretagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du palais depuis le nord-ouest

Sur l'emplacement de l'actuel palais, il existait déjà une demeure royale au XIIe siècle, puis au XIVe siècle une forteresse destinée à protéger la route qui mène du château d'Édimbourg au château de Stirling.

En 1424, lorsqu'un incendie eut ravagé la forteresse et la ville de Linlithgow, le roi Jacques Ier d'Écosse fit rebâtir le château afin de le transformer en résidence pour la famille royale écossaise. Ses successeurs Jacques III, Jacques IV et Jacques V y ajoutèrent ensuite différents aménagements.

La façade sud

C'est au palais de Linlithgow que naquit la reine Marie Stuart en 1542, tout comme son père, Jacques V. Elle y séjourna à plusieurs reprises.

Son fils, Jacques VI d'Écosse (futur Jacques Ier d'Angleterre), fit reconstruire la partie nord du palais.

Après la constitution du Royaume-Uni en 1603, le palais devint propriété de la Couronne britannique.

Charles Édouard Stuart, autrement dit Bonnie Prince Charlie, passa par Linlithgow lors de sa marche vers le sud en 1745, puis, en 1746, les « Sassenach » du duc William Augustus de Cumberland[1] mirent le feu au palais. L'édifice ne fut pas reconstruit depuis lors.

Ce monument est aujourd'hui géré par l'association Historic Scotland.

La cour

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le duc de Cumberland, connu pour ses atrocités à l'encontre des Écossais et surnommé le « Boucher », a été classé 7e parmi les « 10 plus mauvais Britanniques de ces 1000 dernières années » selon un sondage public organisé en 2006. Cf. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]