Pé-Tang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 55′ 25″ N 116° 22′ 20″ E / 39.92361, 116.3722 ()

La façade de l'église
Intérieur de l'église

Le Pé-Tang ou Beitang (北堂, cathédrale du nord), de son nom officiel cathédrale de Xishiku (西什库天主堂), également connue sous le nom de cathédrale du Saint-Sauveur, est un ensemble épiscopal du Pékin impérial de la fin du XIXe siècle. Il est situé à l'intérieur de l'enceinte de la Cité impériale. Reconstruit en 1887 sous la supervision de Monseigneur Favier, vicaire apostolique, il remplace d'anciens bâtiments épiscopaux. En 1900, lors de la révolte des Boxers, il a été assiégé du 6 juin au 16 août, au cours de violents combats.

Description[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, voici qu'elle en était la description :

Le Pé-Tang est ceint d'un mur de clôture de 1 360 mètres de longueur qui le sépare de ruelles et maisons mitoyennes (au sud) ainsi que du Ien-Tsé-Tang, puis d'un terrain impérial au nord. Sur une place, à la suite de l'avenue du Pé-Tang et de la rue du Palais, une « Grand'porte », ou porte d'entrée, s'ouvre sur deux grandes cours. À l'intérieur de l'enceinte, domine la cathédrale du Saint-Sauveur suivie de quatre grandes cours. Entre ces dernières, sont bâties les habitations de l'évêque et des missionnaires. L'ensemble comprend aussi une procure, une pharmacie, un musée, une grande bibliothèque, une bibliothèque chinoise, un réfectoire, une salle de récréation... Au-dessus du chevet de la cathédrale, se trouvent les ateliers, l'imprimerie et le pavillon des étrangers. On trouve également au Pé-Tang un grand et un petit séminaire ainsi que des magasins.

Plus au nord, le Ien-Tsé-Tang, ou maison de la Charité, tenu par les Sœurs de Saint Vincent de Paul, est séparé du Pé-Tang par une ruelle qui sera murée lors de la révolte des Boxers (1900). Cet ensemble, outre une chapelle, comprend un dispensaire, un orphelinat, un catéchuménat et des écoles de filles. Encore plus loin au nord-est, le Cha-La-Eul, à dix minutes hors des murs, comprend une résidence de missionnaires avec église et catéchuménat, un établissement mariste avec orphelinat de garçons et un des établissements des Sœurs de la Charité (orphelinats, dispensaire,...).

Transcriptions[modifier | modifier le code]

  • Graphies usuelles françaises ou dialecte : Pé-Tang, Pe Tang, Peitang
  • Transcription de l'école française d'Extrême-Orient : Pei-T'ang
  • Pinyin : Beitang

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]