Ordre du Lion de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ordre du Lion.
Ordre du Lion de Bavière
Image illustrative de l'article Ordre du Lion de Bavière
Croix, ruban et plaque de l'ordre

Type Ordre honorifique comportant 1 seule classe de 25 chevaliers.
Décerné pour Services civils et militaires
Statut Plus décerné
Chiffres
Date de création 1er janvier 1768
Dernière attribution 1808
Importance
(remplacé par) Ordre du mérite civil de la Couronne de Bavière
Ordre du Mérite militaire (Bavière)

Image illustrative de l'article Ordre du Lion de Bavière
Ruban de l'ordre du Lion de Bavière

L'ordre du Lion du Palatinat, puis ordre du Lion de Bavière est un ordre honorifique bavarois des XVIIe et XVIIIe siècles.

Historique[modifier | modifier le code]

Charles IV Théodore, électeur palatin, fonda l’ordre du Lion le 1er janvier 1768, pour célébrer la 25e année de son règne. Appelé à l'origine ordre du Lion palatin (en allemand : « Orden vom Pfälzer Löwen »), l'ordre a été renommé ordre du Lion de Bavière lorsque la branche de Palatinat-Sulzbach (de) hérita du duché de Bavière (électorat de Bavière) en 1777 de la branche aînée de la maison de Wittelsbach.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le roi Maximilien Ier déclara, en 1808, que l’ordre du Lion serait éteint ; depuis ce temps il n’a plus été accordé[1], et la décoration n’est plus portée que par un petit nombre de personnes. Le roi de Bavière remplaca cet ordre par l'ordre du mérite civil de la Couronne de Bavière. Petit-fils de « Max Joseph », le roi Louis II de Bavière, fonda, en 1866, un ordre inspiré par le Lion palatin dont il reprit la devise : l'ordre du Mérite militaire (Bavière).

Décoration[modifier | modifier le code]

Plaque de l'ordre.

La croix de l'ordre est suspendue à un large ruban passant de droite à gauche, et la plaque fixée sur le côté gauche. Les ecclésiastiques portent la décoration suspendue au cou.

La croix est une croix de Malte d'émail bleu. Les bras de la croix sont cantonnés de flammes d'argent. Au centre de la croix, on trouve un médaillon central d'émail bleu portant à l'avers le Lion palatin (de) d'or sur, autour, dans un large liseret d'émail blanc, la devise latine « MERENTI ». Au revers se trouve le monogramme du fondateur C T sous le « Kurhut (de) » ((en français : « chapeau d'électeur »)) et la mention INSTITU.AN.1768 (« institutum anno 1768 », (en français : « institué en 1768 »)).

Récipiendaires[modifier | modifier le code]

Selon l'Almanach impérial de 1810 
  • M. le comte Ordener, sénateur.
  • M. le comte Hullin, général de division, commandant la 1° division militaire.
  • M. le comte Drouet, général de division.
  • M. le comte Rapp, général de civision, aide-de-camp de S. M. l'Empereur.
  • M. le comte Dupas, général de division.
  • M. le comte Klein, général de division, sénateur.
  • M. le comte d'Hédouville, sénateur.
  • M. le baron de « Canise » (Canisy ?), écuyer de S. M. l'Empereur et Roi.
  • M. de « Villoutbeys ».
  • M. Dillon, ancien colonel, maire de Livry.
  • M. de Chaillou, auditeur au Conseil d'État.
  • M. le comte d'Hilaire de Wimmer, pour son mariage avec la duchesse de Rébrillon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robson 1830, p. 111.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.