Charles Théodore de Bavière (électeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles-Théodore de Bavière.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles.
Charles Théodore de Bavière

Charles Théodore de Bavière est un électeur palatin, de la maison de Palatinat-Sulzbach (de) (né le 10 décembre 1724 à Drogenbos, mort le 16 février 1799 à Vienne). Il fut investi des duchés de Juliers et de Berg en 1742, à la mort de son oncle et beau-père Joseph-Charles, et prit parti pour l'Électeur de Bavière dans la guerre de Succession d'Autriche. Sa mère est Marie Anne Henriette Léopoldine de La Tour d'Auvergne, une descendante des ducs de Bouillon, petite fille de Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne, comte d'Auvergne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épousa en 1741 Élisabeth-Auguste de Palatinat (1721-1793), petite-fille et seule héritière de l'électeur Charles III Philippe dont il n'eut qu'un fils né et mort en 1761. Les deux époux vécurent séparément dans l'adultère. L'Électeur eut un certain nombre d'enfants illégitimes.

Veuf et sans descendance, il se remaria en 1795, malgré l'opposition de l'intéressée et de sa mère, à l'archiduchesse Marie-Léopoldine de Modène (1776-1848) de 52 ans sa cadette.

La jeune épousée refusa tout contact physique avec son époux, l'humiliait en public, prit des amants notamment Maximilien, duc de Deux-Ponts, lointain cousin et successeur de son mari ainsi que le comte de Montgelas, son principal ministre, en faveur desquels elle prit ouvertement parti contre son mari.

Un monarque Bienfaisant[modifier | modifier le code]

L'électeur de Palatinat en 1744

La mort prématurée de son oncle, de son père puis celle de son grand-père le font comte de Sulzbach dès 1735, il succéda en 1742 à son cousin et beau-père Charles III Philippe de Neubourg et devint Électeur de Palatinat. Il aurait soutenu son cousin, l'Électeur Charles-Albert de Bavière, pendant la guerre de Succession d'Autriche.

Au rétablissement de la paix en 1748, il ne s'occupa que du bien-être de ses sujets. Il fonda en 1757 à Mannheim une académie de dessin et de sculpture, puis en 1763 une académie des sciences et un cabinet d'antiquités.

La guerre de succession de Bavière[modifier | modifier le code]

À la mort de l'Électeur de Bavière Maximilien III Joseph, sans héritier, Charles Théodore fut appelé comme chef de la branche cadette de la Maison palatine à régner sur les États de Bavière, et fut accueilli à Munich en 1777.

Désirant échanger avec l'empereur Joseph II la Bavière contre les Pays-Bas autrichiens, plus proches de ses États patrimoniaux, il en fut empêché par ses héritiers de la branche de Deux-Ponts, soutenus par le roi de Prusse Frédéric le Grand qui en prit prétexte pour s'opposer à la maison d'Autriche, et qui déclencha la guerre de Succession de Bavière dite « guerre des patates » (Kartoffelnkrieg, 1778-1779). La guerre finie et pour dédommager son allié, Charles Théodore céda une partie de la Bavière à l'Autriche par le traité de Teschen (1779).

Une seconde tentative d'échange en 1785 ne réussit pas davantage.

Un prince catholique[modifier | modifier le code]

Le 22 juin 1784, il approuva l'édit ordonnant la dissolution des Illuminés de Bavière[1].

Une mort sans descendance[modifier | modifier le code]

Veuf et sans enfants en 1793, et bien qu'il se remaria avec l'archiduchesse Marie-Léopoldine de Modène (1776-1848) (de 52 ans sa cadette) qui se refusa à lui, le terrorisa et fut un soutien voire la maîtresse des ducs de Deux-Ponts ses successeurs.

L'Électeur Charles-Théodore mourut sans postérité en 1799, et ses États échurent à la Maison de Deux-Ponts.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le livre de poche, article « Illuminaten », p. 417-419

Sur les autres projets Wikimedia :