Opération Eiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Eiche
Mussolini entouré de soldats allemands et italiens après sa libération. À sa droite on reconnait Otto Skorzeny.
Mussolini entouré de soldats allemands et italiens après sa libération. À sa droite on reconnait Otto Skorzeny.
Informations générales
Date 12 septembre 1943
Lieu Gran Sasso (Italie)
Issue Libération de Mussolini
Belligérants
Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne nazie Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie
Commandants
Flag of German Reich (1935–1945).svg Otto Skorzeny
Major Harald Mors
-
Forces en présence
108 soldats dans
12 planeurs et
300 par camions
200
Pertes
1 planeurs
avec 9 hommes
Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 42° 25′ 34″ N 13° 31′ 42″ E / 42.42611111, 13.5283333342° 25′ 34″ Nord 13° 31′ 42″ Est / 42.42611111, 13.52833333  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Opération Eiche.

L’opération Eiche (litt. « chêne ») est une opération combinée des paras du 1er bataillon du 7e régiment des Fallschirmjäger dirigés par le major Harald Mors et de l'unité spéciale des commandos de la Waffen-SS : Friedenthal dirigé par l'Hauptsturmführer Otto Skorzeny destinée à libérer Benito Mussolini, emprisonné après avoir été renversé par le Grand Conseil du fascisme qui donne les pleins pouvoirs au roi Victor-Emmanuel III, ce dernier nommant le maréchal Pietro Badoglio président du conseil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'été 1943, Otto Skorzeny reçoit comme consigne, d'Adolf Hitler en personne, de retrouver Benito Mussolini, alors emprisonné en Italie, et de le libérer. Il mène alors une enquête de terrain qui lui permet de repérer l'endroit secret où est emprisonné le Duce et organise secrètement sa libération. Le 12 septembre 1943 à 14 h (7 h après l'heure prévue), une douzaine de planeurs DFS 230 atterrissent au Campo Imperatore, sur le Gran Sasso, dans les Abruzzes en Italie alors que Benito Mussolini est emprisonné et surveillé par plusieurs soldats italiens qui ont reçu l'ordre de l'exécuter en cas de tentative d'évasion. Il n'en est rien et ils restent totalement passifs. La réussite de cette opération aéroportée est due à l'effet de surprise. Une « Cigogne allemande », un avion (Fieseler Fi 156 Storch) piloté par le capitaine Gerlach, capable de décoller sur moins de 70 m et de se poser sur 25 m, récupère Mussolini pour être amené sur l'aérodrome de Pratica di Mare.

Si la libération du prisonnier du Campo Imperatore est bel et bien avant tout le travail des paras allemands du Lehr-Bataillon Mors, la propagande du Troisième Reich en attribua tout le mérite au SS Hauptsturmführer Otto Skorzeny, nommé SS Sturmbannführer après l'opération. Désormais, il est devenu pour la propagande et pour l'histoire le libérateur de Mussolini.

Quelques semaines plus tard, le capitaine Gerlach et le sous-lieutenant Meyer-Vehner, du Lehr-Bataillon Mors, sont décorés de la croix de chevalier de la croix de fer pour la réussite de l'opération. Otto Skorzeny recevra aussi cette distinction des mains d'Adolf Hitler lui-même, quand il amènera le Duce, sain et sauf, au quartier général du Führer à Rastenburg, en Prusse-Orientale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kurt Student, Handstreich auf den Gran Sasso, dans Der Deutsche Fallschirmjäger, no 5 de 1980
  • Kurt Student, Die Eiche der Fallschirmjäger, dans Der Deutsche Fallschirmjäger no 8 & 9 de 1972
  • Jean Mabire, Les Diables verts de Cassino, Presse de la Cité, 1991, 300 p.
  • Luc Vangansbeke, « La libération de Mussolini. Les Paras au Grand Sasso », dans Ligne de Front no 37 de juillet-août 2012, p. 6-17

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :