Grand Conseil du fascisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Grand Conseil du fascisme (Gran Consiglio del Fascismo) était l’organe le plus important du pouvoir du Parti national fasciste (PNF) en Italie avant la chute de Benito Mussolini.

Création[modifier | modifier le code]

Il fut créé en décembre 1922 mais il devient un organe constitutionnel seulement le 9 décembre 1928. À la tête du Grand conseil, il y avait le chef du gouvernement Benito Mussolini qui avait le pouvoir de le convoquer et d'en établir l'ordre du jour.

Dans la loi de 1928, les personnes suivantes en font partie de droit :

  • les quadrumviri de la Marche sur Rome : Michele Bianchi ; Emilio De Bono ; Cesare Maria De Vecchi et Italo Balbo ;
  • le président du Sénat ;
  • le président de la chambre des députés puis de la chambre des fasci et des corporations ;
  • le secrétaire du parti national fasciste ;
  • les ministres : des Affaires extérieures ; de l'Intérieur ; de la Justice ; des Finances ; de l'Education nationale ; de l'agriculture et des forêts ; des corporations ; de la culture populaire ;
  • le président de l’Académie d'Italie ;
  • le président du tribunal spécial pour la sécurité de l’État ;
  • les présidents des confédérations fascistes : des industries ; des agriculteurs ; des travailleurs de l'industrie ; des travailleurs de l'agriculture.

Parmi les fonctions du Grand Conseil il y avait : le choix des ministres, des députés et de toute la direction du parti ; l'approbation des statuts et des règlements du parti.

La motion Grandi et la chute du fascisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ordre du jour Grandi.
extrait du vote nominatif

La dernière séance du Grand Conseil s'est tenue le 24 juillet 1943 lorsque les 28 membres furent appelés à voter l'ordre du jour proposé par Dino Grandi qui demandait les pleins pouvoirs pour le roi Victor-Emmanuel III. Il s'agit d'un acte de défiance à l'égard du Duce; pendant la séance, d'autres motions furent présentées mais celle de Grandi fut décisive.

Le vote de Galeazzo Ciano, gendre de Mussolini, fut déterminant dans l'épilogue du pouvoir de Benito Mussolini.

Votèrent en faveur de la motion :

Votèrent contre :

Giacomo Suardo s'abstint.

Les principaux membres furent jugés lors du procès de Vérone par la République sociale italienne du 8 au 10 janvier 1944.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]