Amphioctopus marginatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Octopus marginatus)
Aller à : navigation, rechercher

Pieuvre veinée, Pieuvre noix de coco

Amphioctopus marginatus (syn. et ancien nom Octopus marginatus) est un poulpe vivant dans les eaux tropicales de la partie ouest du Pacifique[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce présente des lignes sombres ramifiées qui font penser à des veines (d’où l’appellation Veined Octopus en langue anglaise). Les ventouses blanches contrastent nettement avec les tentacules, qui sont habituellement de couleur foncée. On peut apercevoir à proximité immédiate de l’œil une zone trapézoïdale claire de couleurs diverses. Le siphon est souvent jaune. Taille : corps 8 cm, tentacules 15 cm[2].

Comportement et habitat[modifier | modifier le code]

Ce poulpe se rencontre sur les fonds sableux des baies et lagons. Il s’enterre fréquemment dans le sable en ne laissant dépasser que ses yeux. Il utilise toute sorte de débris pour se fabriquer une protection. Il est réputé pour se cacher dans les noix de cocos vides (d’où son autre nom anglais Coconut octopus).

En mars 2005, des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley ont publié un article où Octopus marginatus est décrit comme ayant un comportement de bipédie, partageant avec Octopus aculeatus cette particularité. Comme l’indique cet article, les observations ont été faites autour de Sulawesi (Indonésie) où les noix de coco sont fréquentes sur le fond sableux. Le poulpe replie six tentacules autour de son corps et se déplace en utilisant ses deux tentacules libres, passant ainsi, aux yeux de ses prédateurs, pour une noix de coco emportée par le courant[3].

Ce poulpe stocke et assemble des coquilles de noix de coco afin de les utiliser comme abri contre les prédateurs[4]. Cela en fait le premier invertébré connu à utiliser des outils[5].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cette espèce se nourrit habituellement de crevettes, crabes et coquillages (palourdes).

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://eol.org/pages/591422/details#distribution
  2. http://eol.org/pages/591422/details#morphology
  3. Des enregistrements vidéo montrant ce comportement sont visibles sur le lien suivant. [1]
  4. Je poulpe, donc je suis., Effets de Terre.fr, 16 décembre 2009.
  5. Le poulpe, la noix de coco et l’outil, NouvelObs.com, 15 décembre 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Taki, I. 1964. On eleven new species of the Cephalopoda from Japan, including two new genera of the Octopodinae. Journal of the Faculty of Fisheries and Animal Husbandry, Hiroshima University, 5 (2). 297-343.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :