Notre-Dame Porte du Ciel (icône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône originale d'Iviron

L'icône Panagia Portaitissa (« Portaïtaissa » signifiant en grec Portière) est aussi vénérée sous le titre de Marie Porte-du-Ciel.

Selon la légende, cette icône fut découverte par les moines du Mont Athos sur le rivage. Elle fut placée au-dessus de la porte du Monastère d'Iviron, d'où son nom grec de « Portaïtissa » (Gardienne de la porte) ou encore « Iverskaya Portaitissa ». Elle fut reproduite en Russie au XVIIe siècle puis popularisée en Occident à la fin du XXe siècle.

La fête liturgique de la Translation de l'Icône Notre-Dame-des-Ibères, Θεοτόκος Πορταϊτισσα των Ιβήρων, est le 13 octobre[1], le 2 janvier - au Mont Athos se fête le Mémorial de la Panaghia Portaitissa, le mardi de la fête pascale de Diakaimsimos et le 15 août.

La légende[modifier | modifier le code]

Mont Athos, à Iviron, le monastère des Géorgiens et des Ibères

Voici comment les moines de l'Athos rapportent sa légende :

Au IXe siècle, sous le règne de Théophile Eikonomachos, un empereur iconoclaste, elle appartenait à une veuve pieuse de Nicée, qui la vénérait dans sa chapelle privée. Lorsque les gens de l'empereur vinrent chez elle chercher les icônes, un soldat la transperça de sa lance et elle se serait mise à saigner. Depuis lors, on représente toujours cette icône avec une petite marque noire sur la joue de la Vierge[2].La veuve obtint une nuit de répit avant la destruction et confia l'icône à son fils qui la jeta à la mer après une prière fervente: l'icône flotta à la surface des flots et le fils de la veuve devint moine au Mont Athos, à Iviron, le monastère des Géorgiens et des Ibères. Un soir, un phénomène laissa perplexes les moines de l'Athos: une colonne de feu était debout sur la mer et montait jusqu'au ciel. Au bout de plusieurs jours de ce phénomène ils virent l'icône flotter sur la mer et la portèrent dans l'église de leur monastère d'Iviron, où elle vint une nuit se poser miraculeusement au-dessus de la porte. Dans un rêve, la Sainte Vierge dit au Frère Gabriel qui l'avait cherché en marchant sur la mer, que c'était le lieu qu'elle avait choisi, afin de protéger les moines. Ainsi l'icône prit-elle le nom de « Portaitissa » gardienne de la porte et sa présence dans le monastère et sur la Sainte Montagne est considérée comme gage de la protection du Monachisme athonite par la Théotokos[3].

Plus tard, une chapelle fut construite près de la paroi de la monastère et l'icône y fut placée, et l'entrée de la porte déplacée. Les miracles effectués par Notre-Dame-Porte-du-Ciel sont innombrables, ajoutent les moines; le 15 août et le lundi de la semaine de Diakainisimi se déroule une procession en son honneur et l'icône est vénérée lors d'une liturgie dans la Chapelle de la rive, à l'endroit précis où le moine Gabriel l'a recueillie « en marchant sur la mer » [4].

Reproductions[modifier | modifier le code]

Deux icônes, commandées par le patriarche Nikhon, se trouvent Russie : la première fut peinte par le moine Jamblique en 1648 et se trouve dans le monastère Novodiévitchi, à Moscou acquise en par le tsar Alexis le Paisible. On la transportait dans les maisons pour la guérison des malades. La seconde datant de 1655 fut transférée à Novgorod dans l'église du monastère Iverskiï Bogoroditchniï Sviatoezerki.

Panagia Portaitissa , XVIIe siècle, Musée Benaki

On en trouve aussi deux reproductions au Musée Benaki et au Musée byzantin et chrétien d'Athènes d'Athènes [5] En 1981 un des moines du mont Athos a peint une icône en prenant comme modèle l'ancienne icône, peinte vers 981. Cette copie qui se trouvait à Montréal, a commencé à suinter abondamment une huile parfumée en 1981 (myrrhoblyte). Fête de l'Icône miraculeuse de la Mère de Dieu "Portaitissa" de Montréal 24 novembre - 11 novembre. Elle fut prise en photo et les larmes formèrent comme un chapelet autour de sa main: cette image de l'icône « Marie Porte du Ciel » devint extrêmement célèbre[6]. Un peu différente de l'original, elle est la plus populaire des icônes mariales avec la Vierge de Vladimir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Icône de Marie porte du Ciel 60 minutes Vidéo Avec le Père Daniel-Ange
  • Zaza Skhirtladze: The original cladding of the portaitissa icon , dans Oriens christianus - 2005, vol. 89, p. 148-219 ISSN 0340-6407. (INIST)