Nersès IV Chnorhali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nersès.
Nersès IV Chnorhali
Ներսէս Դ Շնորհալի
Image illustrative de l'article Nersès IV Chnorhali
Timbre-poste commémorant le neuf-centième anniversaire de la naissance de Nersès Chnorhali, Poste arménienne (2000).

Naissance 1100
Décès 1173
Désignation 1166
Fin 1173
Prédécesseur Grégoire III
Successeur Grégoire IV

Catholicos de l'Église apostolique arménienne


Armenian Apostolic Church logo.png

Nersès IV Chnorhali1100 - †1173), en arménien Ներսէս Դ Շնորհալի (« Nersès le Gracieux ») est un Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 1166 à 1173.

L'Église apostolique arménienne l'a sanctifié[1]. C'est en outre un saint de l'Église catholique romaine célébré le 13 août[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Nersès Chnorhali est un membre de la famille princière des Pahlavouni. Surnommé le « grand lettré », il succède à son frère Grégoire III Pahlavouni dont il fut longtemps le coadjuteur, comme Catholicos d'Arménie, sous le nom de Nersès IV, et occupe ce siège de 1166 jusqu'à sa mort, en 1173.

Nersès Chnorhali est également écrivain arménien. Il a composé, entre autres, des hymnes, des prières, des poèmes, des cantiques... Parmi ses œuvres les plus connues, on peut citer l'Éligie, Lamentation sur la ville d'Édesse.

Archag Tchobanian écrivit dans son ode à la langue arménienne : « Des temps après, une nuit de clair de lune t'a fait, avec une incomparable douceur, fleurir de lumière. Tes eaux, en petits flots paisibles mollement bercés dans une bienheureuse extase, miroitant sous une mielleuse pluie de lueurs argentées, chantèrent un cantique d'amour et de bénédiction. C'était le cœur de Nersès le Gracieux qui rayonnait sur toi[3]... »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nersès Šnorhali », sur http://www.eglise-armenienne.com/ (consulté en 14 août 2011).
  2. nominis.cef.fr Nominis : Saint Nersès Snorhali.
  3. Archag Tchobanian, « Ode à la langue arménienne », sur ACAM,‎ 2 octobre 1908 (consulté le 10 octobre 2009).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :