Natchez (Mississippi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Natchez (homonymie).
Natchez
Image illustrative de l'article Natchez (Mississippi)
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Mississippi Mississippi
Comté Adams
Démographie
Population 18 464 hab. (2000)
Densité 514 hab./km2
Géographie
Coordonnées 31° 33′ 16″ N 91° 23′ 15″ O / 31.554444, -91.387531° 33′ 16″ Nord 91° 23′ 15″ Ouest / 31.554444, -91.3875  
Superficie 3 590 ha = 35,9 km2
· dont terre 34,2 km2 (95,26 %)
· dont eau 1,7 km2 (4,74 %)
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Divers
Fondation 1716
Localisation
Carte du comté d'Adams
Carte du comté d'Adams

Géolocalisation sur la carte : Mississippi

Voir sur la carte administrative du Mississippi
City locator 14.svg
Natchez

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Natchez

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Natchez
Liens
Site web http://www.natchez.ms.us

Natchez est une ville située au bord du fleuve Mississippi. Siège du comté d'Adams dans l'État du Mississippi aux États-Unis, elle comptait 18 464 habitants en 2000.

Cadre géographique[modifier | modifier le code]

Élisée Reclus le décrit ainsi : « Cependant la position en est admirable. La ville occupe le sommet d'une falaise très escarpée que l'on gravit par une rampe pénible taillée dans le conglomérat rougeâtre. Du haut du rocher, planté d'arbres et disposé en promenade, on jouit d'une vue ravissante sur le Mississipi, qui déroule à travers la plaine ses longs méandres jaunâtres, et sur les champs de cannes, semés d'habitations et bornés au loin par un horizon de forêts sombres. »[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Natchez (Les Natchez comme on disait) est la ville la plus ancienne de l'État du Mississipi. Natchez était, avec le camp de la Pointe Coupée, un poste français sur le Mississippi, au nord de la région de la Nouvelle-Orléans. Il fut érigé en 1716 par Bienville sous le nom de fort Rosalie chez les Natchez en l'honneur de la femme du ministre Pontchartrain. Le fort potentiel agricole attira très tôt de nombreux colons. Des incidents fâcheux survenus en 1723 détériorèrent les relations entre les Natchez et les Français alors qu'elles avaient été cordiales à l'origine.

Aux Natchez, les colons français résidaient sur de petits lots situés loin du fort, tandis que deux grandes concessions s'étendaient à l'écart l'une de l'autre. Il s'avéra que Natchez était le meilleur établissement français de la colonie pour le tabac.

En 1728, le nouveau commandant du fort, un Détchéparre, jeta son dévolu sur un terrain déjà occupé par un village Natchez pour en faire une plantation. Offensés, les Indiens firent d'abord mine d'accepter cette occupation. Toutefois, les Natchez attaquèrent subitement les colons français le 29 novembre 1729. Ils massacrèrent quelque 250 Français (145 hommes, 56 enfants et 35 femmes) et firent prisonniers cinquante femmes et enfants français et près de trois cents esclaves noirs. Ne pouvant tolérer pareil outrage, les Français alliés aux Chactas prirent leur revanche un an plus tard. Les Natchez capturés furent vendus comme esclaves à Saint-Domingue. Les représailles qui suivent contribuent à la dispersion et à l'extinction des Natchez comme tribu organisée.

La ville fut rebâtie en 1731 et pris le nom de la tribu défaite.

Natchez devint bientôt la capitale du Mississipi moyen, mais depuis elle a beaucoup perdu de son importance relative.

Au traité de Paris, Natchez tomba sous la coupe anglaise, passa aux mains espagnoles, redevint française avant que les Américains n’en prennent possession la désastreuse, pour la France, « Louisiana Purchase » signée en 1803 entre Jefferson et Napoléon Ier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Mississipi et ses bords », La Revue des deux mondes, 1859 http://archive.org/stream/revuedesdeuxmond0459pari#page/290/mode/2up

Documents externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l'Amérique française, Flammarion, 2003.
Maison historique Melrose