Monogenea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Monogènes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Echinoplectanum laeve, parasite de branchie de poisson

Classification
Règne Animalia
Embranchement Platyhelminthes

Classe

Monogenea
Carus, 1863

Les Monogènes (Monogenea) sont une classe de vers plats parasites.

Les monogènes sont des ectoparasites d'organismes aquatiques (principalement de poissons, chez lesquels ils vivent sur les branchies et les nageoires, et parfois la cavité buccale), avec quelques exceptions notables : on en trouve dans la vessie urinaire de certains amphibiens (Polystomatidae), et une espèce (Oculotrema hippopotami) vit sur l'œil des hippopotames.

Leur taille est comprise entre 0.5 et 6mm, bien que certaines espèces atteignent 30 mm. On estime le nombre d'espèces de monogènes à 25 000, soit environ autant que de Téléostéens.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Cas général[modifier | modifier le code]

Les monogènes sont caractérisés par leur cycle de vie direct (œuf, larve, adulte) a un hôte unique. Certains genres (tel Gyrodactylus [1]) s'écartent de cette tendance.

L'adulte émet des œufs qui vont se fixer sur les branchies de l'hôte, ou se disperser dans le milieu. Ces œufs éclosent assez rapidement (de l'ordre de quelques jours) pour donner des larves, ciliées, capables de chercher activement leurs hôtes[2]. Une fois fixée (souvent à la base des branchies), la larve se métamorphose en adulte.

Les adultes tendent à se fixer sur l'extrémité des branchies, ce qui facilite l'expulsion des œufs.

Cas particulier chez Gyrodactylus[modifier | modifier le code]

Aussi surnommés « poupées russes tueuses », les Gyrodactylus sont vivipares, et pratiquent la polyembryonie, où un individu unique peut porter plusieurs générations prêtes à être relâchées dans l'environnement[1],[3].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les monogènes sont majoritairement hermaphrodites, et incapables d'auto-fécondation dans la plupart des cas. La forme des organes copulateurs (notamment chez les monoopisthocotylés) est un marqueur de spéciation couramment utilisé.

Appareils reproducteurs[modifier | modifier le code]

L'appareil mâle comprend un testicule (compact ou folliculaire), quoique certaines espèces en présentent plusieurs. Le canal déférent débouche dans l'organe copulateur, souvent compliqué par des sclérifications. À de rares exceptions près (Diplozoidae par exemple), les spermatozoïdes ne sont pas flagellés.

L'appareil femelle se compose d'un unique ovaire. Les glandes vitellogènes sont très développées, à l'exception des quelques espèces vivipares. Le vagin, lorsqu'il existe, débouche sur l'une ou l'autre des faces du corps, voire sur le côté latéral. Ceraines espèces présentent un vagin dédoublé.

Œufs et larves[modifier | modifier le code]

Les œufs sont produits isolément. Ils présentent généralement des filaments polaires, de longueur variable. Quelques rares espèces de monogènes attachent leurs œufs sur les branchies de l'hôte.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

La classe des Monogenea (Carus 1863 Bychowsky 1937) se divise entre les deux sous-classes Monopisthocotylea (opistohapteur unique, généralement plus pathogènes, brouteurs) et les Polyopisthocotylea (opistohapeurs multiples, hématophages), selon la classification proposée par Guy Oliver

Bien que des synapomorphies existent pour les deux sous-classes, on n'en connaît aucune pour les Monogenea. De plus, les phylogénies moléculaires et morphologiques tendent à donner des résultats contradictoires, amenant quelques auteurs à remettre en question la monophylie des Monogènes[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b TA Bakke, J Cable, PO Harris (2007) The biology of gyrodactylid monogeneans: the "russian-doll killers" Advances in Parasitology, 64, 121-460
  2. K Buchmann, T Lindenstrøm (2002) Interactions between monogenean parasites and their fish hosts, Int J Parasitol, 32(3), 309–319
  3. GiroDb Biologie du genre Gyrodactylus
  4. Justine, J.-L. (1998). Non-monophyly of the monogeneans? International Journal for Parasitology, 28, 1653-1657

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]