Michel Azama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Azama (né à Villelongue-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales) en 1947) est un inspecteur d'académie, écrivain et dramaturge français. Il est l'auteur d'une anthologie raisonnée des dramaturges de langue française entre 1950 et 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de lettres et de philosophie à Montpellier, il suit une formation de comédien à l’école nationale de théâtre Jacques Lecoq et au cours Simon. Il écrit son premier texte, Bled, au terme d'un séjour de deux ans au Maroc.

Il devient conseiller littéraire auprès du Centre national des écritures du spectacle - La Chartreuse et rédacteur en chef de la revue Les Cahiers de Prospero[1]. Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues. Il traduit lui-même ses textes en espagnol.

Iphigénie ou le secret des Dieux plagie le recueil poétique Terraqué, d'Eugène Guillevic, dont il reprend des vers entiers[2].

L'anthologie De Godot à Zucco[modifier | modifier le code]

Michel Azama a écrit une vaste anthologie des auteurs dramatiques de langue française, de 1950 à 2000 intitulée De Godot à Zucco, en trois tomes. Il y propose un système de classement original et thématique, avec, à chaque fois, une courte biographie du dramaturge, un extrait de pièce et une analyse. Près de 200 extraits de textes ont été regroupés par Michel Azama.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Bled, L'Avant-Scène Théâtre, 1984
  • Vie et mort de Pier Paolo Pasolini, L'Avant-Scène Théâtre, 1986
  • Le Sas, L'Avant-Scène Théâtre, 1989
  • Croisades, Théâtrales, 1989 et au Théâtre du Soleil 2011
  • Iphigénie ou le Péché des dieux, Théâtrales, 1991
  • Aztèques, Théâtrales, 1991
  • Les deux terres d’Akhenaton, Théâtrales, 1994
  • Zoo de nuit, Théâtrales, 1995
  • Fait divers, Théâtrales, 1998
  • Saintes Familles, Théâtrales, 2002.
  • De Godot à Zucco : Anthologie des auteurs dramatiques de langue française 1950-2000, t. I Continuité et renouvellements, Théâtrales et CNDP,‎ 2003 (ISBN 2-84260-127-0)
  • De Godot à Zucco : Anthologie des auteurs dramatiques de langue française 1950-2000, t. II Récits de vie : le moi et l'intime, Théâtrales et CNDP,‎ 2003 (ISBN 2-84260-127-0)
  • De Godot à Zucco : Anthologie des auteurs dramatiques de langue française 1950-2000, t. III Le bruit du monde, Théâtrales et CNDP,‎ 2003 (ISBN 2-84260-127-0)
  • La vie comme un mensonge

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont le premier numéro paraît en mars 1994
  2. Ainsi, on peut lire dans le recueil d'Azama : " La guerre paraît loin; Pourtant les garçons taillent des arcs et ne savent pas s'arracher cette rage de revanche." (p. 39); " Les mots les mots ne se laissent pas faire / ce matin toute langue m'est étrangère."(p. 39); "Comme un champ de blé mûr certains jours d'été" (p. 39); " Vive la vie quand même. Et vive au moins la mienne" (p. 41); "Achille sera là soudain au milieu de la salle / gêné de tant pouvoir et de si peu savoir / un grand garçon timide au fond / que mon regard arrête." (p. 41); "Il m'attendra le soir dans une chambre chaude / et je serai brûlante et douce." (p. 42), etc. À comparer avec le texte de Guillevic (éd. Poésie/Gallimard): " La guerre est au loin sur les chantiers de l'est, / Les garçons du bourg / (...) ne savent pas s'arracher cette rage." (p. 132); "Les mots, les mots / Ne se laissent pas faire / (...) Et toute langue / Est étrangère." (p. 138); "jusqu'aux champs de blé, certains jours d'été" (p. 186); "Vive la vie quand même / Et vive au moins la mienne." (p. 103); " Ç'eut été bien trop simple qu'il parût / Le grand garçon timide ignoré du destin (...) /Et qu'il fût là soudain au milieu de la salle (...) / gêné un peu de tant savoir et de pouvoir" (p. 68); "J'arriverai le soir dans une chambre chaude - et toi, tu y seras brûlante et douce." (p. 122)... On relève d'autres plagiats dans Iphigénie, p. 39 à 43, qui renvoient à Terraqué/Exécutoire, p. 103, 122, 125, 132, 133, 136, 137. Ces emprunts ne se trouvent que dans la scène 8. On peut se demander quels poètes alimentent les autres scènes, et si Azama a procédé ainsi dans ses autres publications, ce qui jette évidemment un voile de suspicion sur son œuvre.

Lien externe[modifier | modifier le code]