Mathilde Wesendonck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mathilde Wesendonck (1850).
Portrait par Karl Ferdinand Sohn

Agnes Mathilde Wesendonck, née Luckemeyer le 23 décembre 1828 à Elberfeld (aujourd'hui Wuppertal) et morte le 31 août 1902 dans la villa Traunblick à Altmünster au bord du Traunsee, en Autriche, fut une amie de Richard Wagner (de 1852 à 1863), connue pour avoir été l'inspiratrice de son opéra Tristan und Isolde. Elle est également l'auteur des cinq poèmes mis en musique par Wagner, appelés pour cette raison Wesendonck-Lieder.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (de) Wesendonk Lieder : I. — Der Engel (L'Ange) ; II. Stehe still (Suspends ton vol !) — III. Im Treibhaus (Dans la serre) ; — ; IV. Schmerzen (Douleurs) ; V. — Träume (Songes).
  • (de) Naturmythen, 1865
  • (de) Genoveva, 1866
  • (de) Gudrun, Schauspiel in 5 Akten, 1868 ; texte en ligne
  • (de) Deutsches Kinderbuch in Wort und Bild, 1869
  • (de) Friedrich der Große, dramatische Bilder, 1871
  • (de) Edith oder die Schlacht bei Hastings, 1872
  • (de) Gedichte, Volksweisen, Legenden und Sagen, 1874
  • (de) Alte und neue Kinderlieder, 1890

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Richard Wagner à Mathilde Wesendonk : journal et lettres, 1853-1871, traduction par Georges Khnopff, Alexandre Duncker, éditeur, 1905 ; texte sur wikisource

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Friedrich Wilhelm Freiherr von Bissing: Mathilde Wesendonck. Die Frau und die Dichterin. Im Anhang: Die Briefe C(onrad) F(erdinand) Meyers an Mathilde Wesendonck. Schroll, Wien 1942, (Veröffentlichungen der Abteilung für Kulturwissenschaft. Kaiser-Wilhelm-Institut für Kunst und Kulturwissenschaft im Palazzo Zuccari, Rom. Reihe 1. Vorträge 32/33).
  • (fr) Judith Cabaud: Mathilde Wesendonck ou le rêve d´Isolde. Actes Sud, Arles 1990, (ISBN 2-86869-572-8).
  • (de) Wolfgang Golther (Hrsg.): Richard Wagner an Mathilde Wesendonck. Tagebuchblätter und Briefe 1853-1871. 74. - 83. Auflage. Breitkopf & Härtel, Leipzig 1920.
  • (de) Axel Langer, Chris Walton: Minne, Muse und Mäzen. Otto und Mathilde Wesendonck und ihr Zürcher Künstlerzirkel. Museum Rietberg, Zürich 2002, (ISBN 3-907070-96-8).
  • (de) Martha Schad: Meine erste und einzige Liebe, Richard Wagner und Mathilde Wesendonck. Verlag Langen Müller, München 2002, (ISBN 3-7844-2881-9).
  • (fr) Édouard Schuré, Femmes inspiratrices et poètes annonciateurs, ch. I. — Mathilde Wesendonk et son rôle dans la vie de Richard Wagner (La Genèse de « Tristan »), p. 3-59 ; texte en ligne sur Gallica

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

À sa création (2 mars 2011), cet article est partiellement issu de l’article allemand intitulé également Mathilde Wesendonck.