Manoir de Saint-Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Château de Saint-Hubert (Le Perray-en-Yvelines).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hubert et Château de Saint-Hubert.
Château de Saint-Hubert
Période ou style Style régionaliste XIXe siècle
Type Manoir
Propriétaire initial Pierre Camus (23 mars 1845-29 août 1905)
Destination initiale Habitation
Destination actuelle Monastère
Coordonnées 46° 25′ 56″ N 2° 57′ 49″ E / 46.432222, 2.96361146° 25′ 56″ Nord 2° 57′ 49″ Est / 46.432222, 2.963611  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bourbonnais
Région Auvergne
Département Allier
Commune Chavenon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Saint-Hubert

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Château de Saint-Hubert

Le manoir de Saint-Hubert est un monastère orthodoxe rattaché au patriarcat de Moscou ; il est situé à Chavenon dans l'Allier.

Description[modifier | modifier le code]

Le site est intéressant surtout pour son parc, témoignage du savoir-faire de la famille Treyve[1] et de l'influence de Paul de Lavenne, comte de Choulot sur l'art paysager.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Hubert était l'ancien rendez-vous de chasse du château de Laly au Montet ; il fut agrandi et transformé au XIXe siècle par son propriétaire de l'époque[2]. Ces modifications se sont également accompagnées de la création d'un parc de style naturaliste dessiné et réalisé par une des générations de la "dynastie" de paysagistes vichyssois, les Treyve[3], disciples des théories du comte de Choulot, architecte notamment du parc du Vésinet[4]. À la suite de ces travaux, il est nommé habituellement manoir ou château, mais constitue plutôt une maison bourgeoise entourée de dépendances agricoles ; il a été transmis ensuite par héritage à la famille Favardin, puis à la famille Piat et enfin à la famille Michelon. Il est devenu en 2006, selon le souhait des descendants actuels de la famille qui en était propriétaire, un monastère orthodoxe rattaché au patriarcat de Moscou[5],[6],[7]. Le monastère orthodoxe de l'icône de la Mère de Dieu Znaménié, à Marcenat (Cantal), au lieu-dit La Traverse[8], a supervisé la création d'un monastère orthodoxe à Saint-Hubert.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]