Mangroves guinéennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mangrove guinéenne)
Aller à : navigation, rechercher

Mangroves guinéennes
Écorégion terrestre - Code AT1403[1]

Description de cette image, également commentée ci-après

A marée basse, affleurement des tannes (terre salée) au milieu des mangroves dans un bolong du Sine-Saloum près de Mboss Dor (Sénégal).

Classification
Écozone : Afrotropique
Biome : Mangroves
Géographie et climat
Superficie[2] :
23 419 km2
min. max.
Altitude[2] : 0 m 310 m
Température[2] : 24 °C 30 °C
Précipitations[2] : 0 mm 885 mm
Écologie
Espèces végétales[3] :
200
Oiseaux[4] :
191
Mammifères[4] :
32
Squamates[4] :
11
Espèces endémiques[4] :
0
Conservation
Statut[4] :
Vulnérable
Aires protégées[5] :
11,4 %
Anthropisation[5] :
38,3 %
Espèces menacées[5] :
7
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image  Ecoregion AT1403.svg.

L'écorégion de Mangroves guinéennes est une des cinq écorégions de mangrove de l'écozone afrotropicale définies par le WWF. Cette écorégion s'étend des côtes du Sénégal au Gap du Dahomey où elle se termine, à l'endroit même où commence l'influence du courant atlantique froid de Benguela, ce qui représente sept mangroves, non continues, au total. L'écologie de ce biome est caractérisée par une grande amplitude de marée, sur 25 m de hauteur, et des apports d'eau douce importants. Elle peut s'étendre sur 160 km à l'intérieur des terre comme en Gambie, le long des cours d'eau. Cette écorégion ne forme pas un habitat continu le long de la côte. Elle abrite de nombreuses espèces d'espèces en danger comme le lamantin ouest-africain ou l'hippopotame pygmée, et aussi a une très importante quantité d'oiseaux migrateurs. Bien que plus étendues, les mangroves d'Afrique de l'Ouest sont relativement pauvres en espèces d'arbres en comparaison des mangroves d'Afrique de l'Est, en effet on y trouve seulement cinq à neuf espèces d'arbres. Elles ressemblent également davantage aux mangroves américaines qu'à celles d'Afrique de l'est.

Ces mangroves sont menacées par le développement de l'urbanisation, la pollution agricole, le développement de la riziculture et de l'élevage de crevettes et en outre, depuis le début des années 1970, par une chute des précipitations, ce qui semble lié au réchauffement climatique. En Guinée-Bissau, près de la moitié de la surface occupée par les mangroves il y a un siècle ont été perdues en raison du développement urbain. Seul 6 % de la surface occupée par ces mangroves est protégée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ 2001, p. 935-938.
  2. a, b, c et d (en)World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE,‎ 2009 (consulté le 20 octobre 2012), p. Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ 2005, p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions »,‎ janvier 2006, données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L.  Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press,‎ 2010 (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.