Lunettes stéréoscopiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir lunette.

Les lunettes stéréoscopiques sont destinées à l'observation de films, photographies ou autres images stéréoscopiques.

Lunettes anaglyphiques standard, les branches vers soi : rouge (gauche) / cyan (droite)

Lunettes pour anaglyphes[modifier | modifier le code]

Lunettes pour anaglyphes

Les lunettes bicolores permettent la vision des anaglyphes. Les couleurs des filtres sont toujours complémentaires.

Elles sont faites de filtres de gélatine ou de film coloré de qualité, et existent en : vert / magenta, bleu / jaune, rouge / vert, orange / bleu, rouge / cyan, rouge / bleu.

Ces lunettes bicolores sont très courantes : on les trouve souvent dans des journaux et publications en anaglyphes, mais aussi dans les coffrets de CD-rom et DVD en relief. La variété la plus répandue actuellement est la rouge / cyan et, par convention, le filtre rouge est destiné à l'œil gauche.

Elles permettent l'observation des anaglyphes sur papier, sur les écrans d'ordinateur, de cinéma ou de télévision.

Pour certaines applications scientifiques, on les trouve parfois en mauve / jaune.

Ce sont les lunettes stéréoscopiques qui sont les plus simples et les moins coûteuses à fabriquer. Elles donnent d'excellents résultats pour les images en noir et blanc (avec des niveaux de gris), sous réserve que les couleurs utilisées pour l'image et pour les filtres des lunettes soient identiques et soient des couleurs suffisamment vives.

Par contre, l'utilisation de ces lunettes donne un aspect bizarre aux objets de la couleur d'un des filtres des lunettes : ils apparaissent clairs pour l'œil en face du filtre de leur couleur et sombres, voire noirs pour l'autre œil. Pour cette raison, les anaglyphes ne permettent pas de restituer correctement des images avec des couleurs vives.

Le daltonisme, en limitant la sensation de coloration, limite la gêne. La vision du relief n'est en aucun cas perturbée : au pire des cas, la personne ne voyant que par les bâtonnets, perçoit la lumière traversée et triée par les lunettes.

Lunettes polarisantes[modifier | modifier le code]

Lunettes polarisantes

Lunettes à polarisants linéaires[modifier | modifier le code]

Elles servent essentiellement à l'observation des images stéréoscopiques projetées en lumière polarisée sur un écran métallisé.

Chaque œil reçoit l'image qui lui est destinée grâce à un système stéréoscopique. La lumière destinée à l'autre œil ne traverse pas le filtre polarisant des lunettes, car son orientation ne la laisse pas passer.

Ces lunettes assurent, pour un assez faible coût, une vision de grande qualité, préservant toutes les couleurs.

Les montures peuvent être en carton, pour un usage unique, ou de toutes sortes, pour l'usage personnel.

Les lunettes polarisantes servent aussi à l'observation des “Vectograph”, images polarisantes par elles-mêmes, développées à partir de 1936 par Polaroid.

Lunettes à polarisants circulaires[modifier | modifier le code]

De même aspect que les précédentes, mais plus coûteuses, elles conviennent à l'observation des images stéréoscopiques. On les retrouve le plus souvent sur les écrans de cinéma qui sont équipées d'écrans métallisés.[style à revoir] Elles sont constituées d'une couche polarisante linéaire et d'une lame à retard quart d'onde.

Lunettes à occultations alternées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lunette à obturation LC.
Lunettes alternantes à cristaux liquides

Elles font appel à la technique des cristaux liquides. Le projecteur ou le téléviseur émet alternativement à une cadence rapide, l'image destinée à l'œil droit, puis celle destinée à l'œil gauche. Un système électronique installé sur les lunettes et synchronisé avec l'émetteur de l'image rend opaque les lunettes alternativement du côté droit et du côté gauche, de manière à ce que chaque œil reçoive l'image qui lui est destinée. L'alternance des occultations est commandée par un fil ou un récepteur infrarouge. C'est ce système qui est le plus adapté aux ordinateurs personnels, pour les jeux vidéo, et les machinimas.

Ce type de lunettes est adapté à la vidéo en relief et aux salles non équipées d'écrans stéréoscopiques métallisés.

Le confort est excellent, surtout en grande salle, par exemple celle du Solido, au Futuroscope de Poitiers. [réf. nécessaire]

Lunettes prismatiques[modifier | modifier le code]

Ces lunettes (ou lorgnons) sont constituées de deux prismes ou, le plus souvent, de deux lentilles prismatiques, permettant à chaque œil d'observer l'image qui lui est destinée.

Les images, imprimées sur papier ou affichées sur un moniteur d'ordinateur sont disposées côte à côte, ou, pour certains types d'applications, l'une au-dessus de l'autre.

Lunettes à écrans intégrés[modifier | modifier le code]

Sur le principe des écrans de contrôle équipant les appareils photos numériques ou la plupart des caméscopes, deux optiques électroniques sont associées à un écran pour chaque œil, ce qui engendre un prix de vente élevé. Plus ou moins limités en performances par la définition image des deux mini écrans ou moniteurs vidéo intégrés, ces lunettes sont notamment exploitées pour certains jeux vidéo dits « immersifs » et dans l'imagerie scientifique ou médicale. Autre conséquence négative pour ce type d'appareils, le poids relatif des lunettes dont de nombreux fabricants préfèrent l'intégration dans une formule au design de casque. Anciennement dotées de connecteurs directs filaires vers la source vidéo, ces lunettes électroniques exploitent le plus souvent désormais, des liaisons sans fil. Outre l'encombrement et le poids de ce type de lunettes, une certaine fatigue oculaire peut être ressentie chez certains individus.