Locorotondo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Locorotondo
Vue à partir de la vallée d'Itria
Vue à partir de la vallée d'Itria
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Apulia.svg Pouilles 
Province Provincia di Bari-Stemma.png Bari  
Code postal 70010
Code ISTAT 072025
Code cadastral E645
Préfixe tel. 080
Démographie
Gentilé locorotondesi
Population 14 231 hab. (31-12-2010[1])
Densité 303 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 45′ 00″ N 17° 19′ 00″ E / 40.75, 17.31667 ()40° 45′ 00″ Nord 17° 19′ 00″ Est / 40.75, 17.31667 ()  
Altitude Min. 410 m – Max. 410 m
Superficie 4 700 ha = 47 km2
Divers
Saint patron San Giorgio
Fête patronale 23 avril
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pouilles

Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Locorotondo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Locorotondo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Locorotondo
Liens
Site web http://www.comune.locorotondo.ba.it/

Locorotondo est une commune italienne de la province de Bari dans la région des Pouilles. Elle est connue pour ses vins et son centre historique circulaire, lequel lui a valu son nom (signifiant littéralement « lieu rond »). Elle figure dans la liste des plus beaux villages d'Italie [2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville, qui est à 410 mètres au-dessus du niveau de la mer, se trouve dans la Valle d'Itria, zone de vignobles et d'oliveraies, caractérisée par un habitat dispersé de fermes à trulli.

Histoire[modifier | modifier le code]

Locorotondo, du latin locus rotundus, est un nom de lieu provenant du Moyen Âge. Il désigne la colline ronde sur laquelle a été bâti le village.

La première occupation des lieux date de l'ère byzantine (avant le XIe siècle), juste avant les conquêtes normandes. Le lieu fut d'abord le fief du monastère bénédictin de Monopoli, plus tard des cavaliers de Saint Jean de Jérusalem et, finalement, des Aragonais.

Le pays de Locorotondo est marqué par un habitat rural dispersé où les habitations à trulli, disposées autour d'un communal (jazzile), sont légion. Ce type d'habitat a pour origine principale le recours au bail emphytéotique par les grands propriétaires terriens du XIXe siècle en vue de la création de parcelles de vigne[3].

Population[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2001, la population était de 13 928 habitants.

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • la vieille Porte Napoli, entrée principale de la ville ;
  • l'Église de la Madonna della Greca, monument national ;
  • l’Église-mère de Saint-Georges le martyr, édifiée en 1578 ;
  • la tourelle de l'horloge (1819) ;
  • le Palace Morelli, demeure aristocratique baroque (début XVIIIe).

La ville ancienne comporte des habitations typiques rectangulaires au toit en bâtière (les cummerse, au singulier cummersa), couvert de lauses (chiancarelle) comme le toit des trulli.

Économie[modifier | modifier le code]

La campagne autour de Locorotondo, et surtout la Vallée d'Itria vers Martina Franca, est plantée d'oliviers et de vignobles, produisant les Verdeca et blanc d’Alessano (Bianco Locorotondo D.O.C.).

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

  • 16 août : fête en honneur du patron, San Rocco, avec la sagra degli involtini soffocati (gnumeredde suffuchete, gastronomie locale) et une compétition de feux d’artifices à la fin des fêtes.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
13/4/2008 en cours Dott. Giorgio Petrelli Movimento Civico Terra Nostra Médecin-chirurgien
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

San Marco, Trito, Tagaro

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alberobello, Cisternino, Fasano, Martina Franca

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) "The Most Beautiful Villages of Italy".
  3. (en) Anthony H. Galt, Far from the Church Bells: Settlement and Society in an Apulian Town, Cambridge University Press, Cambridge, 1991, xiii + 276 p. (ISBN 0-521-39444-9).