Polignano a Mare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Polignano a Mare
Blason de Polignano a Mare
Héraldique
Image illustrative de l'article Polignano a Mare
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Apulia.svg Pouilles 
Province Provincia di Bari-Stemma.png Bari  
Code postal 70044
Code ISTAT 072035
Code cadastral G787
Préfixe tel. 080
Démographie
Gentilé polignanesi
Population 17 797 hab. (31-12-2010[1])
Densité 287 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 00′ 00″ N 17° 13′ 00″ E / 41, 17.2166741° 00′ 00″ Nord 17° 13′ 00″ Est / 41, 17.21667  
Altitude Min. 24 m – Max. 24 m
Superficie 6 200 ha = 62 km2
Divers
Saint patron San Vito
Fête patronale 15 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pouilles

Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Polignano a Mare

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Polignano a Mare

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Polignano a Mare
Liens
Site web http://www.comune.polignanoamare.ba.it/

Polignano a Mare (Peghegnéne en dialecte) est une commune de la province de Bari, dans les Pouilles, en Italie méridionale. Ses habitants sont appelés les Polignanesi[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 24 mètres d'altitude, Polignano a Mare a pour coordonnées géographiques :

  • Latitude : 40° 59' 50 Nord
  • Longitude : 17° 13' 0 Est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Position de la commune de Polignano a Mare dans la province de Bari.

Au sud-est : Castellana Grotte ; au sud-ouest : Conversano ; à l'ouest : Mola di Bari ; à l'est : Monopoli.

Entourée par Monopoli, Conversano et Mola di Bari, la ville est située à 8 km au nord-ouest de Monopoli, la plus grande ville aux alentours[2].

Hameaux[modifier | modifier le code]

San Vito, Casello Cavuzzi, Chiesa Nuova-Triggianello

Climat[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Venant de Bari, à quelque 50 km au nord-ouest, la route nationale SS16 longe Polignano au sud et continue vers Brindisi, à quelque 80 km au sud-est. Depuis la SS16, trois sorties desservent Polignano[3].

Polignano a une gare ferroviaire, située rue de Trieste (Viale Trieste).

Les aéroports les plus proches sont ceux de Bari et de Brindisi.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Polignano a mare est à l'origine une citadelle grecque, Neapolis, installée sur un éperon rocheux dominant la Mer Adriatique et bordée d'une calanque ou crique dite Cala Porto à l'ouest.

La vieille ville est perchée sur une falaise de tuf de 20 à 25 m de hauteur, à pic sur la mer, dans laquelle sont creusées plusieurs grottes karstiques. Liées à un paléo-niveau marin, ces cavités ont d'abord été refuges et réserves, avant de servir de caves aux habitants du bourg médiéval[4].

La domination de Rome a laissé à la ville, devenue Polineanum, le pont sur l'ancienne voie Trajane (Via Traiana) dit Ponte Lama Monachile qui enjambe le lit de l'ancien cours d'eau Lama Monachile qui se jetait dans la crique du port (Cala Porto).

Après la domination byzantine et Longobarde, la ville devint propriété de Venise à partir de 1506[5].

Dans sa Description géographique du Golfe de Venise et de la Morée, publiée en 1771, Jacques Nicolas Bellin décrit ainsi Polignano : « A deux lieues environ de Monopoli, on trouve Polignano, petite ville d'environ quatre mille âmes, ayant titre de Comté, elle avait un port qui est comblé actuellement »[6].

Polignano prit le nom de Polignano a Mare en vertu d'un décret du Roi Victor Emmanuel II en 1864[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
6 mai 2012 en cours Domenico Vitto Centro-Sinistra  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec

  • San Miniato, commune de la province de Pise, en Toscane ;
  • Forio, commune de l'île d'Ischia, dans la province de Naples, en Campanie

Population et société[modifier | modifier le code]

La ville s'étend sur 62,5 km² et compte 17 797 habitants (dont 8 632 hommes et 9 165 femmes) depuis le dernier recensement de la population. La densité de population est de 284,8 habitants par km² sur la ville[2].

Dialecte[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

La fête de saint Guy (San Vito), protecteur de la ville, commence le 14 juin où l'effigie du saint est placée à bord d'un radeau, puis transportés par voie maritime depuis la crique de San Vito jusqu'à la calanque Paur. Là, l'icône est portée sur les épaules jusqu'à la place Victor Emmanuel, où lui sont remises symboliquement les clés de la ville lors d'une célébration solennelle. L'image du saint est ensuite placée sur un autel dressé pour l'occasion, où elle reste jusqu'à la fin de la fête. Le 15 janvier, a lieu la procession solennelle qui porte les reliques du saint patron dans les rues du pays. Le 16 janvier, le dernier jour de la fête, un cortège reconduit l'effigie du saint jusqu'à l'autel de l'église Matrice[8].

Foires[modifier | modifier le code]

Le jeudi, un marché se tient le long de la rue saint François d'Assise[9].

Les falaises attirent des amateurs de plongeons de haute voltige qui y ont trouvé un endroit pour exécuter des sauts à plus de trente mètres de haut. Le 8 août 2010, Polignano a accueilli une étape du championnat du monde des plongeons de haute voltige[10].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Place de l'Horloge (Piazza dell'Orologio).
  • La Grand' Porte (Porta Grande) ou Vieille Porte (Vecchia Porta) médiévale, seule porte d'accès au centre historique jusqu'au XIXe siècle[11].

Les rues de la vieille ville sont très étroites,les balcons des bâtiments en vis-à-vis sont très proches.

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • La chapelle saint Stéphane (Capella di Santo Stefano)[9].
  • La Chiesa Matrice Santa Maria Assunta, dédiée à la Vierge en 1295, cathédrale jusqu'en 1818, recèle de nombreuses œuvres d'art dont une sculpture de la nativité par Stefano di Putignano et le polyptyque de la Vierge et l'enfant et des saints de Bartolomeo Vivarini (XVIe siècle). Sa façade, qui donne sur la petite place Victor Emmanuel (Piazza Vittorio Emanuele), est de style composite, combinant des éléments gothiques et baroques[12].
  • À trois kilomètres au nord-ouest de la ville, au lieu-dit San Vito (saint Guy), se dresse l'ancienne abbaye bénédictine du même nom, fondée au XIe siècle. Son église abrite les reliques de saint Guy, saint patron de Polignano.

Architecture rurale[modifier | modifier le code]

  • La ferme Lamafico (Masseria Lamafico), ferme fortifiée sans tour, avec jardins en style oriental[13].

Curiosités[modifier | modifier le code]

La Grotta Palazzese (grotte du Palais)[modifier | modifier le code]

Extérieur de la grotte du Palais

La grotte du Palais (Grotta Palazzese) est la plus grande et la plus connue des quelque 80 grottes naturelles qui trouent le littoral rocheux de la commune de Polignano. On peut y accéder par voie terrestre, grâce à un étroit escalier taillé dans le roc, et par la mer en empruntant deux grandes ouvertures naturelles. À l'intérieur se trouve une grande pièce semi-circulaire d'environ 30 mètres de diamètre[14].

En 1730, le duc Leto de Naples, seigneur de Polignano, relia la grotte avec le centre du village pour pouvoir l'utiliser comme salle de bal, dans le style du palais de Versailles. La grotte devint un point de rencontre de la haute société sur la Via Appia vers Brindisi. Une aquarelle de 1783 du peintre français Jean-Louis Desprez, décoriste du roi Gustave III de Suède, atteste de son affectation. La grotte fut désaffectée après la Révolution française et l'abolition de la féodalité.

Elle sert aujourd'hui de restaurant, de mai à septembre, à l'hôtel de la Grotte du Palais (Hotel Grotta Palazzese) sous lequel elle est située[15].

Inscriptions poétiques[modifier | modifier le code]

Le centre historique est rempli de coins et recoins portant des inscriptions poétiques peintes en noir (du Tasse par exemple)[16].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Le palais Pino Pascali abrite un musée communal d'art contemporain (Museo comunale d'arte contemporanea) créé en 1988 et consacré à l'œuvre de l'artiste Pino Pascali, né à Bari en 1935, mort à Rome en 1968, et lié au mouvement de l'Arte Povera[9],[17].

Le palais communal (Palazzo comunale) abrite un musée de paléoethnologie (Museo di paletnologia).

Cinémas[modifier | modifier le code]

La ville compte un cinéma multiplexe à quatre salles, du nom de Multisala Vignola, dont une qui peut servir de salle de concert et de théâtre. Il fait suite au Cinema Teatro Italia (« Cinéma Théâtre Italie »), construit en 1948.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Domenico Modugno, interprète dans les années 1960 de la chanson Nel blu dipinto di blu (« dans le bleu peint en bleu »), plus connue sous le titre Volare (« voler », en italien), dédiée à la ville. Il a désormais sa statue en bronze, sur la promenade à son nom, face à la mer (l'auteur en est l'Argentin Hermann Mejer)[18].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur le tourisme, l'agriculture et la pêche.

Pêche[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La calanque dite Cala Porto sous les falaises de la vieille ville.

Les plages ou lieux de baignade sur le littoral de Polignano a Mare se trouvent aux lieux-dits Cala Porto, Cala Paura, Porto Cavallo, Ponte dei Lapilli, San Giovanni, Porte Contessa, San Vito, Cala Fetente, Pozzo Vivo, Port'Alga et Torre Incina. Il s'agit pour nombre d'entre elles de calanques ou criques. La plage Cala Porto est une plage de petits galets blancs sous les falaises de la vieille ville[19].

En 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012, Polignano a Mare a reçu la médaille du drapeau bleu décerné par la Fondation pour l'éducation environnementale aux stations balnéaires qui répondent aux critères de qualité européens concernant l'eau de baignade, le nettoyage des plages et des marinas, etc.

Son attrait touristique lui vaut parfois le qualificatif de « perle de l'Adriatique » (la perla dell'Adriatico)[20].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a, b et c Polignano a Mare, sur www.annuaire-mairie.fr.
  3. (en) Polignano : « Getting there from either of the international airports is easy using the coast road (SS16) it is approximately 30 miles from Bari and 50 miles from Brindisi, both an easy and relatively pleasant drive. There are 3 exits to Polignano ».
  4. Jean Nicod, Les grottes : rétrospectives historiques et insertion des grottes-aménagées dans l'espace géographique, in Annales de géographie, 1998, vol. 107, No 603, pp. 508–530, p. 514 : « Les grottes situées sous des villes fortifiées ont servi à de multiples usages : à Domme (Quercy) et surtout à Polignano a Mare (Puglia), où les cavités liées à un paléo-niveau marin, d'abord refuges et réserves, ont servi ensuite de caves aux habitants du bourg médiéval (A. Greco et al., 1991). »
  5. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Collectif, Italie du Sud 2012-2013, Petit Futé, 2012, 528 pages, p. 402.
  6. Jacques Nicolas Bellin, Description géographique du Golfe de Venise et de la Morée, de l'imprimerie de Didot, 1771, 235 p., p. 9.
  7. (en) Polignano a Mare, sur le site www.acquaturismo.com.
  8. (it) Festa del Patrono San Vito Martire, sur le site Discovering Puglia.
  9. a, b et c Paula Hardy, Abigail Hole, Olivia Pozzan, op. cit..
  10. Red Bull Cliff Diving 2010 : Italie, sur le site www.redbull.com.
  11. Collectif, Italie 5 - Pouilles, Basilicate et Calabre, Lonely Planet, 2012 (livre numérique Google).
  12. (it) Chiesa di Santa Maria Assunta, sur le site Discovering Puglia.
  13. (it) Lamafico, Viaggio fra i beni culturale del territorio de Polignanon a mare, Architetture Rurali.
  14. (it) Grotta-Palazzese, sur le site Discovering Puglia.
  15. (en) Paula Hardy, Abigail Hole, Olivia Pozzan, Puglia & Basilicata 1st Edition, Lonely Planet, 2008, 248 pages, p. 133.
  16. Comme Perdito é tutto il tempo che in amar non si spende, peint sur les marches d'un escalier.
  17. (it) Fondazione-Museo-Pino-Pascali, sur le site Discovering Puglia.
  18. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Collectif, op. cit..
  19. (it) Le spiagge a Polignano a Mare, sur le site www.polignano-a-mare.com (photos des diverses calanques et plages).
  20. (it) Polignano a Mare: perla dell'Adriatico.

Sur les autres projets Wikimedia :