Liste des stations du Nikkō Kaidō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Nikkō Kaidō (日光街道?) était une des cinq routes majeures de la époque d'Edo. Elle fut tracée pour relier Edo (à présent Tokyo) avec Nikkō Tōshō-gū qui est situé dans la ville moderne de Nikkō, Préfecture de Tochigi. Elle a été établie en 1617 par Tokugawa Ieyasu, afin de disposer d'une voie plus agréable pour se rendre au sanctuaire[1]. Avec seulement vingt et une stations, le Nikkō Kaidō était la plus courte des cinq routes mais elle partage dix-sept stations avec la Ōshū Kaidō.

Stations du Nikkō Kaidō[modifier | modifier le code]

Les 21 stations du Nikkō Kaidō sont présentées dans l'ordre de leur succession et réparties selon les préfectures modernes. Leur nom contemporain est indiqué entre parenthèses.

Edo[modifier | modifier le code]

Marqueur de distance de la route à Nihonbashi.
Point de départ : Nihonbashi (日本橋) (Chūō-ku)
1. Senju-shuku (千住宿) (Adachi) (faisait aussi partie du Mito Kaidō)

Préfecture de Saitama[modifier | modifier le code]

2. Sōka-shuku (草加宿) (Sōka)
3. Koshigaya-shuku (越ヶ谷宿) (Koshigaya)
4. Kasukabe-shuku (粕壁宿) (Kasukabe)
5. Sugito-shuku (杉戸宿) (Sugito, Kitakatsushika District)
6. Satte-shuku (幸手宿) (Satte)
7. Kurihashi-shuku (栗橋宿) (Kuki)

Préfecture d'Ibaraki[modifier | modifier le code]

8. Nakada-shuku (中田宿) (Koga)
9. Koga-shuku (古河宿) (Koga)

Préfecture de Tochigi[modifier | modifier le code]

10. Nogi-shuku (野木宿) (Nogi, District de Shimotsuga)
11. Mamada-shuku (間々田宿) (Oyama)
12. Oyama-shuku (小山宿) (Oyama)
13. Shinden-shuku (新田宿) (Oyama)
Yomeimon du sanctuaire de Tōshō-gū.
14. Koganei-shuku (小金井宿) (Shimotsuke)
15. Ishibashi-shuku (石橋宿) (Shimotsuke)
16. Suzumenomiya-shuku (雀宮宿) (Utsunomiya)
17. Utsunomiya-shuku (宇都宮宿) (Utsunomiya)
18. Tokujirō-shuku (徳次郎宿) (Utsunomiya)
19. Ōzawa-shuku (大沢宿) (Nikkō)
20. Imaichi-shuku (今市宿) (Nikkō) (faisait aussi partie du Nikkō Reiheishi Kaidō)
21. Hatsuishi-shuku (鉢石宿) (Nikkō)
Point d'arrivée : Nikkō Tōshō-gū (日光東照宮) (Nikkō)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]