Les Verchers-sur-Layon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Layon.
Les Verchers-sur-Layon
Blason de Les Verchers-sur-Layon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Doué-la-Fontaine
Intercommunalité C.C. de la région de Doué-la-Fontaine
Maire
Mandat
Claudia Chartier
2014-2020
Code postal 49700
Code commune 49365
Démographie
Gentilé Verchéen, Verchéenne
Population
municipale
916 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 17″ N 0° 17′ 44″ O / 47.1547222222, -0.29555555555647° 09′ 17″ Nord 0° 17′ 44″ Ouest / 47.1547222222, -0.295555555556  
Altitude 54 m (min. : 48 m) (max. : 109 m)
Superficie 30,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Les Verchers-sur-Layon

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Les Verchers-sur-Layon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Verchers-sur-Layon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Verchers-sur-Layon

Les Verchers-sur-Layon est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

La commune se situe dans l'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Saumurois, Les Verchers-sur-Layon se situe dans les coteaux du Layon, sur la route D178, Concourson-sur-Layon / Le Puy-Notre-Dame, et D69, Doué-la-Fontaine[1].

Son territoire est traversé par le Layon (rivière)[1] et se situe sur l'unité paysagère du couloir du Layon[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995  ? Pierre Boissinot    
mars 2008   Arlette Jouvet DVD  
mars 2008 mars 2014 Claudia Chartier[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la région de Doué-la-Fontaine[4], elle-même membre du syndicat mixte Pays Saumurois.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 916 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 349 804 856 1 634 1 591 1 523 1 503 1 590 1 484
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 452 1 401 1 397 1 298 1 270 1 203 1 244 1 259 1 236
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 214 1 229 1 201 1 092 1 138 1 080 1 104 1 083 1 077
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 059 949 838 789 769 813 840 835 902
2011 - - - - - - - -
916 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,6 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 17,2 %, plus de 60 ans = 21,7 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 16,6 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 21,7 %).
Pyramide des âges à Les Verchers-sur-Layon en 2008 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,0 
9,2 
75 à 89 ans
7,5 
12,5 
60 à 74 ans
13,2 
17,2 
45 à 59 ans
17,6 
21,9 
30 à 44 ans
22,4 
15,6 
15 à 29 ans
16,6 
23,6 
0 à 14 ans
21,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Commune à forte dominance agricole, sur 95 établissements présents sur la commune à fin 2010, 63 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 17 % de celui du commerce et des services et 5 % du secteur de l'administration et de la santé[9].

Viticulture[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans l'aire d'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC). Vingt-sept communes du département, bordant la rivière du Layon, constituent l'aire géographique de l'Appellation d'Origine Contrôlée Coteaux du Layon[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Bellevue
    La seigneurie de Bellevue est connue depuis le début du XVIe siècle. René de Strossy en est seigneur en 1612, Jacques Jarret en 1631. Elle reste dans cette dernière famille jusqu'en 1810 et passe aux de Laistre. En 1827, Henry Isle de Beaucheine (1777-1870) et son épouse Pauline Aubert de Boumois - l'une des héritières du château de Boumois, près de Saumur -, achètent le domaine. En 1899, leur petite-fille, Camille Isle de Beaucheine (1870-1958), apporte Bellevue à son époux Hervé de Maupeou d'Ableiges. Leur fils, Jean de Maupeou d'Ableiges (1904-1984) sera durant vingt six ans maire des Verchers qui lui dédiera une place de la commune.
    Le château, ses communs et ses dépendances datent des XVI-XIXe siècles. Les terres d'exploitation sont réparties sur l'ancienne seigneurie mitoyenne d'Auvers.
  • Château d'Échuilly
  • Commanderie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-F.Bascans, À propos de Bellevue, Tapuscrit, Rosny-sous-Bois, 2004
  • J.-F.Bascans, Histoire des Isle 1336-1979, Tapuscrit, Paris, 1980

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IGN et BRGM, Géoportail Les Verchers-sur-Layon (49), consulté le 2 septembre 2012
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 146 - Données consultables sur WikiAnjou.
  3. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014
  4. Insee, Composition de l'EPCI de la Région de Doué la Fontaine (244900973), consulté le 17 novembre 2013
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Les Verchers-sur-Layon en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  8. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  9. Insee, Statistiques locales du territoire des Verchers-sur-Layon (49), consultées le 16 juin 2013
  10. INAO, Fiche Coteaux du Layon, consultée le 2 septembre 2012
  11. Ouest France, Le facteur-poète Jules Mougin sera inhumé en Anjou, 8 novembre 2010