Leonid Kogan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kogan.

Leonid KoganЛеонид Коган

Nom de naissance Leonid Borissovitch Kogan
Naissance
Dnipropetrovsk (Ukraine)
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Décès (à 58 ans)
Mytichtchi
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Activité principale Violoniste
Activités annexes pédagogue
Lieux d'activité Moscou
Enseignement Conservatoire de Moscou
Élèves Andreï Korsakov, Viktoria Mullova, Oleg Kagan, Alexandre Brussilovsky
Conjoint Elisaveta Guilels
Descendants Pavel Kogan
Famille Emil Guilels (beau-frère)
Récompenses Concours Reine-Élisabeth

Leonid Borissovitch Kogan (en russe : Леонид Борисович Коган; ISO 9 : Leonid Borisovič Kogan), né le à Dnipropetrovsk (alors Union soviétique, aujourd'hui Ukraine) et mort le était un violoniste soviétique. Il décède subitement à Mytichtchi dans un train qui reliait Moscou à Iaroslavl, où il devait donner un concert avec son fils Pavel, également violoniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un photographe, Leonid Kogan a révélé ses dons très jeune. Ses parents se sont installés à Moscou pour qu'il puisse être admis au Conservatoire, dans la classe d'Abram Yampolski à l'âge de dix ans. Leonid Kogan a remporté en 1951 le Premier prix du Concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique.

À partir de 1952 il enseigne au Conservatoire de Moscou où il est nommé professeur en 1963. Il enseigne également à l'Académie musicale Chigiana de Sienne à partir de 1980.

Il avait épousé en 1942 Elisaveta Guilels (1919-1982), violoniste prometteuse et sœur du pianiste Emil Guilels. Leur fils Pavel Kogan poursuit une carrière de violoniste et chef d'orchestre.

Franco Mannino a écrit un concerto pour trois violons à l'intention des trois Kogan (Leonid, Elisaveta et Pavel).

L'homme[modifier | modifier le code]

Il était considéré comme le plus grand violoniste de son pays (après David Oïstrakh) en raison de son jeu puissamment expressif et d'une sensibilité exacerbée, sans pourtant jamais trahir les intentions du compositeur. Également pédagogue, il fut notamment le maître d'Andreï Korsakov, Viktoria Mullova, Oleg Kagan et Alexandre Brussilovsky.

Des sonates de Karen Khatchatourian, des concertos de Tikhon Khrennikov, Kara Karaïev, Lev Knipper et Revol Bounine lui sont dédiés. Mais la plus célèbre dédicace est le concerto de Mieczyslaw Weinberg de 1959. André Jolivet a écrit pour lui son Concerto pour violon, mais il ne l'a pas créé. En 1949, il forma un trio avec son beau-frère le pianiste Emil Guilels et le violoncelliste Mstislav Rostropovitch[1]

Il a joué sur un Stradivarius de 1736, le Youssoupov, puis sur un Guarnerius del Gesù de 1726, le Colin dont il appréciait les sonorités plus sombres.

Témoignages vidéo-musicaux[modifier | modifier le code]

Il nous reste des interprétations musicales de Leonid Kogan plusieurs témoignages vidéo. L'artiste a été filmé jouant :

  • Brahms/Kreisler : Hungarian Dance No. 17 (Naum Walter)
  • Paganini : Cantabile (Naum Walter)
  • Paganini : Variations sur "Nel cor piu mi sento" de Paisiello
  • Waxman : "Carmen Fantasy" (Kondrashin/Moscow PO)
  • Falla/Kochanski : Suite populaire espagnole (Naum Walter)
  • Leclair : Sonate for 2 violins BWV 1004 (Lise Gilels-Kogan)
  • Bach : Sarabande from Partita No.2 in D minor
  • Handel : Sonata in E major (Andrey Mytnik, pno)
  • Debussy/Heifetz : Beau Soir (Andrey Mytnik, pno)
  • Chostakovitch/Tzigar : Four Preludes (Andrey Mytnik, pno)
  • Chostakovitch : Violin Concerto no.1 3.Passacaglia (Kondrashin/Moscow PO)
  • Beethoven : Violin Concerto (Froment/Orchestre National de L'ORTF)

Leonid Kogan est également filmé dans le film d'Éric Rohmer Ma nuit chez Maud à l'occasion d'un concert qu'il donnait à Clermont-Ferrand à la fin des années 1960.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tully Potter - Notice du DVD classic archive