Tikhon Khrennikov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tikhon KhrennikovТихон Николаевич Хренников

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Tikhon Krennikov en 2003

Naissance 10 juin 1913
Ielets, Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès 14 août 2007 (à 94 ans)
Moscou, Drapeau de la Russie Russie
Activité principale Compositeur
Activités annexes Homme politique
Maîtres Vissarion Chebaline, Heinrich Neuhaus

Tikhon Nikolaïevitch Khrennikov (en russe : Тихон Николаевич Хренников) est un compositeur et homme politique russe, né le 10 juin 1913 à Ielets (oblast de Lipetsk) et mort à Moscou le 14 août 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Khrennikov étudie le piano dès l'enfance, puis la composition au Conservatoire Gnessine avec Mikhail Gnessine et Yefraim Gelmande, de 1929 à 1932, lorsqu'il déménage à Moscou.

De 1932 à 1936, il se perfectionne à la composition avec Litinsky et Vissarion Chebaline au Conservatoire de Moscou, où Heinrich Neuhaus est son professeur de piano. Il écrit son premier concerto pour piano pendant ses études, puis obtient son diplôme avec la symphonie no 1 en 1936.

En 1948, Andreï Jdanov nomme Khrennikov au poste de secrétaire général de l'Union des compositeurs soviétiques, un poste qu'il va conserver jusqu'à la disparition de l'URSS en 1991. Son influence sur la musique de ses contemporains va être redoutée par les plus grands, au premier rang desquels Prokofiev et Chostakovitch, critiqués en 1948 notamment pour leur formalisme qui s'éloignent du réalisme socialiste. Nikolaï Miaskovski, Aram Khatchatourian et surtout Alfred Schnittke ont également été sous le feu des critiques.

Conscient de la valeur de Prokofiev et Chostakovitch, il leur a permis de faire amende honorable, comme le démontre l'attribution du Prix Staline en 1950 aux deux hommes.

Il a été pendant 25 ans membre du jury du concours Tchaïkovski et fut professeur au Conservatoire de Moscou.

Ses compositions sont toujours jouées en Russie, notamment celles qui encensent le réalisme soviétique, tout comme ses chants et ses musiques de film.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Il a écrit trois symphonies, quatre concertos pour piano, deux concertos pour violon, deux concertos pour violoncelle, des opéras, opérettes et ballets, de la musique de chambre et de la musique de film.

Œuvres orchestrales[modifier | modifier le code]

  • Symphonie no 1, op. 4 (1933-35)
  • Symphonie no 2, op. 9 (1940-42, rév. 1944)[1]
  • Symphonie no 3, op. 22 (1973)[2]

Œuvres concertantes[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour piano no 1, op. 1 (1932/33)[3]
  • Concerto pour piano no 2, op. 21 (1971/72)[4]
  • Concerto pour piano no 3, op. 28 (1983/84)[5]
  • Concerto pour piano no 4, op. 37 (1991)
  • Concerto pour violon no 1, op. 14 (1958/59)[6]
  • Concerto pour violon no 2, op. 23 (1975)[7]
  • Concerto pour violoncelle no 1, op. 16 (1964)[8]
  • Concerto pour violoncelle no 2, op. 30 (1986)[9]

Opéra[modifier | modifier le code]

  • Dans la tempête, op. 8 (1936-39, rév. 1952)
  • Frol Skobejew, op. 12 (1945-50, rév. 1966)
  • La Mère, op. 13 (1952-57)
  • Cent démons et une femme, op. 15 (1962/63)
  • L'enfant géant, op. 18 (1968/69)
  • Du bruit au cœur (1972/73)
  • Dorothea, op. 27 (1982/83)
  • Le Veau d'or, op. 29 (1984/85)
  • Le Roi nu, op. 31 (1988)
  • À 18 heures, après la guerre (2003)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Quatuor à cordes, op. 33 (1988)
  • Sonate pour violoncelle et piano, op. 34 (1989)[10]
  • 5 études pour instruments à vent, op. 35 (1990)
  • Klavierstücke

Discographie[modifier | modifier le code]

Ses trois symphonies (no 1 op.4, no 2 op.9, no 3 op.22) ont été remarquablement interprétées par Evgueni Svetlanov et l'Orchestre symphonique de la fédération de Russie: enregistrements de 1973 & 1978, distribués par Scribendum

Concertos pour Violon et orchestre no 1 & no 2 et Concertos pour Piano et orchestre no 2 & no 3 : Maxime Vengerov, Vadim Repin, Evgueny Kissin, Tikhon Khrennikov, Orchestre Philharmonique de Moscou, dirigé par Vladimir Fedosseïev, enregistremenbts de 1988 distribués par Relief

Napoléon-Bonaparte, ballet de 1995 : Presidential Orchestra Russian Federation, dirigé par Pavel Ovsyannikov, enregistrement de 1996, distribué par Russian Disc

D'autres enregistrements ont existé en microsillons 33 tours, mais ne sont apparemment jamais reparus en CD. Exemples :

Concerto no 1 en ut majeur op.16 pour Violoncelle et orchestre + Symphonie no 2 en ut mineur op.9, par Mikhaïl Khomitser (violoncelle) et l'Orchestre Symphonique de la RTV d'URSS, dirigés par Guennadi Rojdestvenski, distribué par Melodya/EMI

Concertos pour Piano et orchestre no 1 & no 2, par Tikhon Khrennikov (piano), Orchestre Philharmonique de Moscou dirigé par Kiril Kondrachine (no 1) et Orchestre National d'URSS dirigé par Evgueny Svetlanov (no 2), distribué par Le Chant du Monde

"L'Amour pour l'Amour", ballet en 2 actes op.24 (extraits) : Orchestre du Théâtre Bolchoï de Moscou, dirigé par Alexandre Kopilov, distribué par Le Chant du Monde "Les grands ballets du Bolchoï"

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]