Laurent Genefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laurent Genefort

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Laurent Genefort aux Utopiales 2011 à Nantes

Activités Romancier, nouvelliste
Naissance 1968
Agglomération parisienne, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Science-fiction, fantasy
Distinctions Grand prix de l'Imaginaire
Prix Rosny aîné
Prix du Lundi

Œuvres principales

Laurent Genefort est un écrivain français de science-fiction né en 1968 dans l'agglomération parisienne. Il est notamment connu pour son roman Omale (2001) base d'un univers (la Panstructure) dans lequel il pose ses romans de space opera.

Notice biographique[modifier | modifier le code]

Attiré très tôt par la science-fiction, il dévore dès l'âge de douze ans les auteurs classiques du space opera, au premier rang desquels figurent en bonne place Jean-Pierre Andrevon, Frank Herbert et Stefan Wul. Il publie un fanzine qui attire l'attention de Serge Brussolo, lequel lui suggère de se lancer dans l'écriture. À dix-neuf ans, il produit donc un premier roman, Le Bagne des ténèbres, qui est publié un an plus tard par Fleuve noir. Il commence des études de droit mais s'oriente vite vers les lettres et passe une maîtrise sur Maurice Renard, un DEA sur les néologismes du vivant dans Noô et enfin une thèse de doctorat sur les livres-univers de la science-fiction.

Prolifique, Laurent Genefort a publié une quarantaine de romans et s'est vite fait remarquer pour son talent de créateur de mondes et son imagination fertile en la matière. Ainsi qu'il le dit lui-même, il est très attiré par l'étude des concepts d'altérité et de différence que présente une civilisation extraterrestre :

« L'altérité est au cœur de mes romans, sous toutes ses formes : physique (les artefacts spatiaux et les planètes étranges), biologique (les formes de vie exotiques) et ethnique (les primitivistes, les post-humains...). Je crois en outre que c'est, en tant que discours, l'une des sources les plus profondes de la science-fiction. Avec ma série d'Omale qui s'annonce pour les années à venir, je vais enfin pouvoir développer ce thème frontalement[1]. »

Le critique Eric Vial remarque également que le rejet du politique et le discours social sont très présents dans son œuvre[2]. Ce qu'il confirme volontiers avec ces mots :

« Je suis le produit d'une époque où les jeunes ont été dégoûtés très tôt de la politique, de droite comme de gauche. Dans les années 1980, nous avions une conscience aiguë que les jeunes ne représentaient qu'un poids pour la société, et non un espoir : nous nous apprêtions à aller grossir les chiffres du chômage. Par la suite, mes quelques tentatives d'intégrer des organisations m'ont conforté dans le dégoût des partis politiques. Je demeure malgré tout un sympathisant de la libre-pensée ainsi que des idées laïques et républicaines[3]. »

Il a été lauréat du grand prix de l'Imaginaire en 1995 pour son roman Arago. Il se consacre aujourd'hui à l'édification de l'univers cohérent d'Omale après plusieurs années d'écriture dans le domaine de la fantasy, avec une série fondée sur le personnage d'Alaet et la publication d'une trilogie de fantasy guerrière, Hordes.

De 2008 à 2012, il a dirigé la collection Les Trésors de la SF aux éditions Bragelonne, qui a compté 12 volumes.

En 2011, il a contribué à la création de l'univers du jeu vidéo From Dust.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Roman de Laurent Genefort.
  • Le Bagne des ténèbres (1988)
  • Le Monde blanc (1992)
  • Elaï (1992)
  • Les Peaux-épaisses (1992)
  • REZO (1993)
  • Arago (1993)[4]
  • Haute-Enclave 1993)
  • Les Chasseurs de sève (1994)
  • La Troisième Lune (1994)
  • Le Labyrinthe de chair (1995)
  • De Chair et de fer (1995)
  • L'Homme qui n'existait plus[5] (1996)
  • Dilogie Les Opéras de l'espace
    • La Compagnie des fous (1996)
    • Les Voies du ciel (1996)
  • Lyane (1996)
  • Le Sang des immortels (1997)
  • Le Continent déchiqueté (1997)
  • Typhon (1997)
  • Dans la gueule du Dragon (1998)
  • Les Croisés du vide (1998)
  • Le Château cannibale (1998)
  • Les Engloutis (1999)
  • Le Sablier de sang (1999)
  • Une Porte sur l'éther (2000)
  • Série de fantasy jeunesse Une Aventure d'Alaet
    • La Citadelle des dragons (2000)
    • Le Démon-miroir (2001)
    • Le Labyrinthe sans retour (2001)
    • La Frontière magique (2001)
    • Le Piège aux sorciers (2002)
    • La Caravane des ombres (2003)
    • Le Sablier maléfique (2003)
    • L'Odyssée des sirènes (2004)
  • Cycle d'Omale
  • La Mécanique du talion (2003)
  • Dilogie Les Ères de Wethrïn
    • Le Nom maudit (2005)
    • La Guerre de l'aube (2006)
  • Trilogie Hordes
    1. L'Ascension du Serpent (2007)
    2. Le Vol de l'Aigle (2008)
    3. Les Crocs du Tigre (2010)
    • Les Hordes - Intégrale (2012)
  • Mémoria (2008)
  • Points chauds (2012), lauréat du prix Rosny aîné 2013 et du prix du Lundi 2012.
  • Opéra de l’espace (2014)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Une trentaine de nouvelles publiées dans les genres de la SF et de la fantasy, parmi lesquelles :

Travaux universitaires[modifier | modifier le code]

  • Architecture du livre-univers dans la science-fiction, à travers cinq œuvres : Noô de S. Wul, Dune de F. Herbert, La Compagnie des glaces de G.-J. Arnaud, Helliconia de B. Aldiss, Hypérion de D. Simmons (1997) - Thèse de doctorat de l'université de Nice Sophia-Antipolis, [(fr) texte intégral]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entretien avec Laurent Genefort, propos recueillis par Stéphanie Nicot pour Galaxies n°19, page 123
  2. Eric Vial, Laurent Genefort, un univers pluriel, Galaxies no 19 (hiver 2000)
  3. op. cit., Entretien avec Laurent Genefort, page 124
  4. Grand prix de l'imaginaire 1995
  5. Adapté en bande dessinée chez Soleil Productions par Jean-Michel Ponzio, sous le titre Kybrilon en mars 2005