Langues au Togo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues du Togo)
Aller à : navigation, rechercher
Langues au Togo
Langues officielles Français
Langues nationales Éwé ; kabiyé

La langue officielle du Togo est le français. Les deux langues nationales sont l'éwé et le kabiyé, ces deux dernières ont été choisies en 1975 par le président Eyadéma. Il existe en outre 42 parlers au Togo dont le mina (dialecte d'éwé parlé à Lomé) qui sert de langue véhiculaire pour le sud du pays, le mobaa, le tem et le peul. Les langues vernaculaires du pays se scindent en deux groupes: les langues gur au nord et les langues kwa au sud.

Selon la Délégation Générale à la langue française et aux langues de France 30 % de la population sont des francophones réels, 37 % selon le Ministère des Affaires Étrangère français en 2007. Le français est la seule langue à l'écrit. L'éwé se pratique au Sud de Lomé à Blitta et le Kabiyé au Nord.

Selon Couchoro « Le fait notable de ces quinze dernières années, c’est, liée à tous les facteurs de développement et grâce à la scolarisation en particulier, la diffusion notablement en expansion de notre langue dans les masses populaires. La conséquence en est une appropriation du français par les peu ou pas lettrés, phénomène pratiquement inconnu autrefois. » (Lafage, 1985, 551).

Répartition des principales langues gbe (d'après Capo 1988, 1991)

Selon Isabelle Anzorge « Celui-ci n’est plus seulement une langue "importée" mais prend peu à peu une identité togolaise, se libérant de toutes les contraintes normatives, intégrant par là même les réalités culturelles du pays. » Cette dernière a relevé l'existence d'un français dialectal[1] : « (...) depuis la chute du taux de scolarisation due aux différents bouleversements économiques et politiques (effondrement des phosphates, dévaluation du FCFA, grèves universitaires faisant suite à la grève générale de 1992, climat de guerre civile depuis 1991), le français [est] devenu un outil, voire un moyen de communication privilégié de la plupart des Togolais scolarisés ou non »[2].

Quelques exemples de français du Togo[3] :

  • la pluie : l’argent de la bourse des étudiants de l’université.
  • grèver : se mettre en grève, cesser le travail
  • un zémidjan : conducteur de taxi-moto
  • longtemps-longtemps : très longtemps
  • Faire un accident avec une fille : mettre une fille enceinte, être l’auteur d’une grossesse involontaire

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Anzorge 1988, Le parler français du Togo aujourd’hui, étude lexicale, DEA, Paris III
  2. Isabelle Anzorge, « Corpus et variétés de langue, de la nécessité d’un corpus exhaustif » in Le corpus lexicographique, Claude Frey, Danièle Latin, Danièle Racelle-Latin, De Boeck Université, 1997, ISBN 2801111724, 9782801111727, 423 pages.
  3. Isabelle Anzorge, Le français au Togo : une aventure ambigüe, Université Nice, 1998 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Honorine Massanvi Gblem-Poidi et Laré Kantchoa, Les langues du Togo. État de la recherche et perspectives, L'Harmattan, Paris, 2013, 392 p. (ISBN 9782336001869)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]