La Cathédrale et le Bazar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La cathédrale et le bazar)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale (homonymie).

La Cathédrale et le Bazar (titre original : The Cathedral and the Bazaar) est un essai, paru en 1999, de Eric Raymond, cocréateur du terme open source.

Thème de l'essai[modifier | modifier le code]

Dans La Cathédrale et le Bazar, Eric Raymond relate le développement du système d'exploitation Linux et du logiciel Fetchmail et expose les différences fondamentales entre le processus de développement de ces logiciels open source et celui des logiciels Emacs et gcc[1] :

  • L'auteur y décrit le modèle de développement de Linus Torvalds en le comparant à un bazar[2] : cette manière de développer des logiciels, par la coopération d'une multitude de développeurs, se caractérise par une adaptabilité et une flexibilité dite hiérarchie « bazar » impossible dans une structure organisée dans la hiérarchie dite de « statut »[3] ; on peut y voir une analogie avec le principe de l'ordre spontané (Eric Raymond étant libertarien) ;
  • À l'inverse, une organisation hiérarchique basée sur le statut est nécessaire à l'élaboration d'un code fermé pour construire ce qu'on appelle un logiciel propriétaire, mais elle entraîne des inconvénients d'adaptabilité notamment[4]. Raymond la compare à une structure de cathédrale[5].

Une des conclusions partant de ce constat est le concept « Release early, release often » (« Publiez tôt, publiez souvent »). Mieux vaut publier un logiciel fonctionnel mais imparfait, dynamique et pouvant bénéficier des contributions de chacun (marché) que d'attendre un stade de développement avancé (cathédrale).

Développements ultérieurs du concept[modifier | modifier le code]

Cet essai étant désormais disponible en livre et sur le web en plusieurs langues, la métaphore de l'opposition cathédrale/bazar peut se retrouver désormais dans des champs éloignés des logiciels, par exemple en musique[6] et se rapproche d'une dichotomie entre une approche fermée, excessivement organisée et inflexible (cathédrale) et une approche ouverte, apparemment désorganisée et hautement flexible (bazar).
Selon Marie Mourad[7], le modèle de développement de type « bazar» apparaît comme un modèle d’avenir dans le contexte actuel : « le concept d’open source appliqué aux logiciels peut aussi être étendu à d’autres secteurs et d’autres produits. De nombreux projets voient le jour, dans un contexte de crise où la mutualisation des savoirs et techniques et la remise en question des monopoles sont les bienvenus, fondés sur le crowd-sourcing (en)ou l’« intelligence collective » […] le « bazar » est un style de développement que l’on pourrait actuellement considérer comme « alternatif », mais qui dit qu’il ne dépassera pas un jour la cathédrale ? ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Eric Raymond, Bob Young, The Cathedral & the Bazaar, O'Reilly,‎ 2001, 208 p. (ISBN 9780596001087)
(Cet ouvrage contient plusieurs autres essais du même auteur)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Eric Raymond, Bob Young, The Cathedral & the Bazaar, O'Reilly,‎ 2001, 208 p. (ISBN 9780596001087) chap. 4.8.
  2. Ibid. - chap. 1 par. 4.
  3. Ibid. - chap. 10.19.
  4. L'auteur ne dit pas explicitement cela, mais cette idée se dégage nettement de ce qu'il dit être les avantages du développement ouvert.
  5. Ibid. - chap. 1, par. 3.
  6. Ram Samudrala, l'avenir de la musique (consulté le 2 février 2007).
  7. Marie Mourad : fiche de lecture de «La cathédrale et le bazar» d’Eric S. Raymond 1997 : Majeure Alternative Management – HEC Paris – 2011-2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]