La Petite Venise (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Petite Venise

Titre original Io sono Li
Réalisation Andrea Segre
Scénario Andrea Segre, Marco Pettenello
Acteurs principaux
Sociétés de production Francesco Bonsembiante (Jolefilm), Francesca Feder (Æternam Films)
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie, Drapeau de la France France
Genre Drame
Sortie 2011
Durée 98[1] à 110 min[2]

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Petite Venise (titre italien : Io sono Li) est un film franco-italien, premier long-métrage de fiction[3] d'Andrea Segre, sorti en 2011.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Shun Li, immigrante illégale chinoise, travaille dans un laboratoire textile de la banlieue romaine pour obtenir ses papiers et réussir à faire venir son fils de huit ans en Italie. Soudain, elle est transférée à Chioggia, petite ville insulaire de la lagune vénète, pour travailler comme barmaid dans une taverne. Bepi, pêcheur d'origine slave surnommé le Poète par ses amis (en raison de sa facilité à composer des vers en un instant), fréquente cette petite taverne depuis des années. Leur rencontre est une évasion poétique de la solitude, un dialogue muet entre des cultures différentes, mais qui ne sont plus lointaines. C'est un voyage au cœur d'une lagune, qui sait être la mère et le berceau d'identités jamais immobiles. Cependant, l'amitié entre Shun Li et Bepi trouble les deux communautés, chinoise et chioggiotte, qui entravent ce nouveau voyage, dont elles ont peut-être simplement trop peur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

En 2006, le réalisateur rencontre une serveuse chinoise dans la taverne Paradiso, l'une des plus vieilles tavernes pour pêcheurs de Chioggia (où il tournera une partie de son film). Dès lors, il se demande ce qui peut résulter de la rencontre de ces deux mondes culturels et écrit le sujet du film, qui gagne le premier prix au New Cine Network du Festival de Rome en 2008[5] (la section « La fabrication des projets » du Festival international du film de Rome, selon les termes d'Allociné). Ce qui pousse Andrea Segre à réaliser La Petite Venise, c'est la nécessité qu'il ressent « de raconter une histoire qui parlerait de la relation entre l'identité individuelle et l'identité culturelle, dans un monde qui tend de plus en plus à créer une phobie de la contamination de l'identité » et le « désir de parler de deux endroits importants de ma vie : les périphéries multi-ethniques de Rome et de Venise, des régions qui ont subi une très rapide croissance économique, mais également une immigration importante dans un temps très court »[3].

Après avoir été présentée aux Journées des auteurs de la Mostra de Venise 2011[6], le film est sorti en Italie le 23 septembre 2011.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Andrea Segre
pendant une présentation du film
  • En septembre 2011, le film a obtenu trois récompenses à la Mostra de Venise 2011 : le Prix FEDIC (Fédération italienne des cinéclubs) « pour l'originalité d'un récit qui noue habilement la fiction et le documentaire pour nous donner un portrait efficace et convaincant de la réalité d'aujourd'hui » ; le Prix Lanterna Magica et le Prix Lina Mangiacapre (qui récompense les œuvres témoignant de la condition féminine)[3],[7].
  • En octobre 2011, le film a obtenu une mention spéciale du jury du 8e Festival international du film de Reykjavik en raison de « la poésie et la grâce employées dans le traitement du thème de l'intégration (ou du défaut d'intégration) des immigrants dans la société occientale » et a été présenté au 55e Festival du film de Londres, ce qui lui a valu le Prix Satyajit Ray de la Satyajit Ray Foundation, dont le jury a dit que c'était « un beau film, à multiples niveaux […], sur l'immigration, la vieillesse, les relations interculturelles et la fragilité de l'amour ; un premier long-métrage très mûr, superbement tourné à Venise par Andrea Segre »[8],[9]. De plus, il remporte le Prix Amour et Psyché (premier prix de la compétition officielle), ex-æquo avec Orion de Zamani Esmati, au MedFilm Festival 2011[10].
  • En novembre 2011, le film gagne le Prix Eurimages au Festival du cinéma européen de Séville pour la meilleure coproduction européenne, qui « traite d'un sujet actuel, vrai et proche (l'intégration des immigrants) avec sensibilité et sans prétention (ce qui ne diminue pas la qualité ni la complexité du film) et exploite avec succès les possibilités d'expression du cinéma. En résumé, le film traite d'un thème aussi complexe que les relations humaines et réussit à fonctionner dans l'ensemble. » Le montant de 20 000 € qui accompagne le prix est destiné au distributeur du film en Espagne[11].
  • En décembre 2011, à la première édition du Festival du film d'Asti, le film obtient les prix du meilleur film et de la meilleure actrice (Zhao Tao) ; et Battiston, le Prix de la ville d'Asti[12].
  • En mars 2012, au Festival international du film de Bari (it) (BIF&ST), il remporte le Prix Franco Cristaldi, décerné au meilleur long-métrage italien (« film profondément humain qui raconte avec délicatesse comment deux solitudes provenant de deux cultures différentes qui se rencontrent redonnent sens à la vie l'une de l'autre » et « mer qui entre dans les lacs de nos cœurs »[13]) et le Prix Giuseppe Rotunno, décerné au meilleur directeur de la photographie. Le même mois, au Festival international Cinéma méditerranéen Tétouan, il remporte le Prix Azeddine Meddour, décerné à une première œuvre, et le Prix pour la meilleure interprétation masculine (Rade Serbedzija)[14]. En avril 2012, il remporte le Grand Prix et le Prix du Public au Festival 2 cinéma de Valenciennes[15].
  • En mai 2012, le Prix David di Donatello de la meilleure actrice principale est décerné à Zhao Tao pour son rôle dans Io sono Li[16].
  • En juin 2012, le film remporte le « prix spécial du jury » au Festival international Cinéma et Costumes de Moulins
  • Le film a remporté le Prix LUX décerné par le Parlement européen en 2012[17]

.

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Allociné.
  2. Selon le Medfilmfestival.
  3. a, b et c Allocine, La Petite Venise Le saviez-vous?.
  4. Æternam Films, Io sono Li.
  5. (it) Boris Sollazo, « Andrea Segre regista di “Io sono Li” presentato al Festival di Venezia : Vita da cinese nell'Italia ottusa «Ma ora chiediamo il loro aiuto» », Liberazione,‎ 18 septembre 2011, p. 5 (lire en ligne).
  6. (it)« Cinema: Venice Days, 'Io sono Li' di Andrea Segre e 'Ruggine' di Gaglianone in programma », Adnkronos,‎ 26 juillet 2011 (consulté le 5 septembre 2011)
  7. (it)« Roma. Assegnato a Venezia il premio Fedic » (consulté le 29 mai 2012).
  8. (en)The Satyajit Ray Foundation, Feature Film Award.
  9. IoSonoLi.com, « Festival e Riconoscimenti » (consulté le 28 mai 2012).
  10. (it)Medfilmfestival.org, Palmarès de 2011.
  11. Festivaldesevilla.com, « Palmarés Oficial SEFF 2011 »,‎ 11 novembre 2011 (consulté le 28 mai 2012).
  12. (it)Paolo Perrone, « La giovane donna dalla periferia di Roma a Chioggia per gestire un bar », dans La Nuova Provincia, 6 décembre 2011, p. 27.
  13. La Repubblica Bari.it, Motivazione Premio Franco Cristaldi 2012, 30 mars 2012.
  14. Festivaltetouan.org, Palmarès 2012.
  15. Palmarès 2012 sur AlloCiné.fr, consulté le 19 mars 2013.
  16. a et b (it)Vincitori 2012.
  17. http://www.europarl.europa.eu/news/fr/pressroom/content/20121116IPR55760/html/Io-sono-Li-remporte-le-Prix-Lux-2012-pour-le-cinéma Io sono Li remporte le Prix Lux 2012 pour le cinéma
  18. (it)Candidati 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]