La Maison près du cimetière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Maison près du cimetière (titre original : Quella villa accanto al cimitero) est un film d'horreur italien réalisé par Lucio Fulci en 1981.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1981, Norman, un professeur d’histoire, son épouse Lucy et leur petit garçon Bob s’installent pour 6 mois dans une maison de la Nouvelle-Angleterre près de Boston aux États-Unis. Elle a appartenu au Dr. Freudstein. Or, le prédécesseur de Norman travaillait justement à une étude sur cet inquiétant docteur avant de tuer sa maîtresse et de se suicider. En parallèle, une petite fille visible sur une ancienne photo de la maison met en garde Bob de ne pas s'y rendre. Mais cette représentation de la maison n'est visible que pour lui. Le spectateur, pour sa part, a vu que le meurtre de la première victime s’est produit précisément dans la demeure des Freudstein...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Durée: 87 min / UK : 85 min / États-Unis : 82 min
  • Pays: Drapeau de l'Italie Italie
  • Langue: italien
  • Couleur: Color
  • Son: Mono
  • Film interdit aux moins de 16 ans

Distribution[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

La Maison près du cimetière représente le dernier métrage mémorable de Fulci dans le domaine du macabre. Cette pièce est en effet considérée par les afficionados du maître italien comme la dernière carte du "carré d'as" (pour citer Marc Toullec dans le n°142 de Mad Movies) de la tétralogie entamée avec L'Enfer des zombies (aka Zombi 2) et poursuivie avec Frayeurs et L'Au-delà.

C'est une œuvre mélancolique au sens fulcien du terme. En effet, si Fulci a toujours fait grand cas du point de vue de l'enfance dans plusieurs de ses films, il lui donne ici une dimension tout autre en conférant aux seuls enfants et véritables héros de l'histoire (en l'occurrence séparés par 2 dimensions distinctes) la véritable maitrise des événements.

Ces personnages clés sont ici incarnés par la brillante et diaphane Silvia Collatina et l'insupportable Giovanni Frezza que Fulci, ou la production plus probablement, nous imposera à nouveau sur Manhattan Baby.

La cruauté du propos, matérialisée par les agissements absolument terrifiants et indicibles du Docteur Freudstein, associés à l'impuissance avérée des parents de Bob, ne s'adoucira finalement que par un happy end qui ne trompera personne et dans lequel Bob "échappe" à une mort certaine par l'intervention, via un glissement temporel salvateur, de la jeune Mae Freudstein.

L'incrustation avant le générique de fin d'une ligne de l'écrivain Henry James ("Les monstres sont-ils des enfants, ou bien les enfants sont-ils des monstres ?") dénote une volonté du réalisateur de donner à son œuvre, un aspect moins réducteur que celui qui pouvait être généralement attaché à sa filmographie dans les années 1980.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nommé au Fantasporto (International Fantasy Film Award) en 1983, pour le prix du meilleur film en faveur de Lucio Fulci.

Lien externe[modifier | modifier le code]