Konrad Witz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Witz.
Saint Christophe par Konrad Witz (c.1435), au Kunstmuseum de Bâle

Konrad Witz (vers 1400 - 1445/46) est un peintre suisse originaire de Souabe, né sans doute à Rottweil, mort à Bâle pendant l'hiver 1445 ou au printemps 1446. Il s'établit dans cette ville en 1431 durant le premier concile et s'y maria ; il eut cinq enfants.

Konrad Witz compte parmi les peintres importants du courant gothique tardif du Haut-Rhin qui influencèrent la pré-Renaissance au nord des Alpes.

Un artiste de l'ars nova du nord des Alpes[modifier | modifier le code]

La Pêche Miraculeuse de Konrad Witz avec en arrière-plan les Voirons, le Môle et le mont Salève vus depuis Genève.

Konrad Witz est souvent abordé par les historiens de l'art pour des questions d'attributions, pour lesquelles il convient d'utiliser des outils d'analyse articulés autour de la question de l'excentricité en peinture. En effet, ce peintre est souvent classé parmi les artistes médiévaux, alors que l'on doit souvent se demander à son propos de quelle manière il envisage la modernité et avec quels moyens il y pénètre. Des motifs ironiques ou humoristiques ont même été relevés dans sa peinture, qui impliquent de repenser entièrement sa position dans l'histoire de l'art pour le classer plutôt dans la pré-Renaissance au nord des Alpes.

La Pêche Miraculeuse (1444) de Konrad Witz est considérée comme le premier tableau dans l'histoire de l'art comportant un paysage réaliste. On peut y voir le lac Léman près de Genève et, au loin, les Voirons, le Môle et le mont Salève.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le retable du Miroir du Salut (vers 1435, détrempe sur bois) : ancien retable conservé à l'église Saint-Léonard de Bâle aujourd'hui dispersé :
    • David et les trois preux, Abisaï, Sabothaï et Benaja, avec au verso un Saint Barthélemy, 102 × 78 cm, Bâle, Kunstmuseum.
    • La Synagogue, 86 × 81 cm, et L'Église, Bâle, Kunstmuseum
    • Salomon et la Reine de Saba, 84 × 79 cm, Berlin, Musée de Bode
    • L'empereur Auguste et la Sybille de Tibur, musée des beaux-arts de Dijon, avec au verso un Saint Augustin[1]
L'Empereur Auguste et la sibylle de Tibur, c 1435
    • Antipater montrant ses plaies à Jules César, Bâle, Kunstmuseum
    • Esther et Assuérus, Bâle, Kunstmuseum
  • Le retable d'Olsberg, vers 1437-1440, lui aussi démembré :
    • panneau gauche : L'Annonciation, 156 × 120 cm, Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.
    • panneau droit : Anne et Joachim à la Sainte Porte, 158 × 120,5 cm, Bâle, Kunstmuseum
    • panneau central : Vierge à l'Enfant (fragment), Bâle, Kunstmuseum

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marianne Barrucand, Le retable du miroir du salut dans l'œuvre de Konrad Witz in Travaux d'humanisme et renaissance, 124, Genève, Droz, 1972.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, T. 10, p. 774-775, Paris, Gründ, 1976.
  • Florens Deuchler, Konrad Witz, la Savoie et l'Italie. Nouvelles hypothèses à propos du retable de Genève. in Revue de l'art 71, S. 7–16. Paris, Ed. du Centre national de la Recherche Scientifique, 1986.
  • Frédéric Elsig et Cäsar Menz (dir.), Konrad Witz. Le maître-autel de la cathédrale de Genève, Genève : Slatkine, 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :