John Collins Warren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Collins, Collins et Warren.
John Collins Warren, vers 1855.

Le Dr. John Collins Warren (1er août 1778 - 4 mai 1856), officiant à Boston, fut l'un des chirurgiens les plus reconnus du XIXe siècle, et le premier à montrer l’intérêt de l'anesthésie en chirurgie.

Première édition du "New England Journal of Medicine and Surgery", janvier 1812. L'article du Dr Warren traite de l'angine de poitrine ("angina pectoris" en anglais).

Fils du docteur John Warren, médecin célèbre, professeur à Harvard, et fondateur de la Harvard Medical School (école médicale de Harvard), le jeune Warren promu du Harvard College (université Harvard) en 1797, commença alors à étudier la médecine avec son père. En 1799, il continua ses études médicales à Londres et Paris, incluant la participation aux travaux avec le pionnier de l'anatomie Sir Astley Cooper (1768-1841). À son retour d'Amérique en 1802, Warren entama un partenariat avec son père et l'assista dans ses lectures anatomiques, dissections et démonstrations à la Harvard Medical School.

Il fut nommé professeur adjoint d'anatomie et de chirurgie en 1809, puis, à la mort de son père en 1815, assuma le poste de professeur d'Anatomie et de Chirurgie, poste qu'il gardera jusqu'à sa retraite en 1847. Pendant ce temps, Warren joua un rôle de meneur dans la fondation du premier journal médical de la Nouvelle Angleterre, The New journal of Medecine and Surgery ("Le nouveau journal de médecine et de chirurgie", premier tirage en janvier 1812), qui évoluera par la suite et deviendra l'actuel The New England Journal of Medicine. ("Le journal de médecine de la Nouvelle Angleterre"). Il était par ailleurs membre actif de l'Anthology Club.

Le docteur Warren fut le premier doyen de la Harvard Medical School (1816-1819) et favorisa son déménagement de Cambridge à Boston. Bien qu'il ne reçut ou ne gagna jamais de récompense, Harvard le présentait comme possédant un diplôme honoraire en 1819 (?). Il fut membre fondateur du Massachusetts General Hospital et officia comme premier chirurgien. Il gardera son poste dans l'équipe hospitalière jusqu'en 1853 et restera à son bureau de consultations jusqu'à sa mort. Tout au long de sa carrière, le docteur Warren rassembla une collection pédagogique extraordinaire de spécimens anatomiques et pathologiques, qu'il présenta à Harvard en 1847 avec 5000 $ (?). Ce fut le commencement du Warren Anatomical Museum ("Musée anatomique Warren")

Warren et l'anesthésie[modifier | modifier le code]

Warren fut impliqué pas seulement une seule fois, mais deux fois dans l'aube de l'histoire de l'anesthésie. Le premier incident fut une démonstration ratée de l’oxyde nitreux (NO) par le dentiste Horace Wells le 20 janvier 1845. Bien que le docteur Warren ne croyait pas que cette anesthésie marcherait, il organisa cette démonstration au Massachusetts General Hospital. Warren présenta Wells à ses étudiants, mais le patient dont l'amputation avait été programmée le matin, refusa d'être opéré. Warren demanda alors à ses étudiants si l'un d'entre eux avait besoin d'une extraction dentaire, et l'un des étudiants accepta de se prêter à l'expérience. Malheureusement, le gaz ne fut pas administré proprement et l'on déplora un niveau de douleur normal pour ce genre d'opération, ce qui discrédita la thèse de Wells sur l’oxyde nitrique comme anesthésique.

N'en restant pas à cet échec, le 16 octobre 1846, le docteur Warren accepta une nouvelle fois d’exécuter une démonstration publique d'une opération chirurgicale sur un patient, cette fois sous anesthésie administrée par son collègue mais néanmoins compétiteur, William Thomas Green Morton. Le docteur Warren était alors âgé de 68 ans. L'opération s'arrêta au bout de 10 minutes, durée pendant laquelle le patient était apparemment inconscient. Après avoir fini, Warren déclara : « Gentlemen, this is no humbug » ("Messieurs, ceci n'est pas un canular"). Il écrira dans son journal personnel, le même jour : Fait une opération intéressante à l'hôpital ce matin, lorsque le patient était sous l'influence la préparation du Dr Morton pour prévenir la douleur. La substance employée était de l'éther sulfurique. Le Dr. Warren comprit rapidement les avantages remarquables offerts par l'éther dans les procédures chirurgicales, et devint un chantre de la cause de « l'étherisation » à travers ses travaux et publications.

Conscient de l'importance de la démonstration, le Dr. Warren invita le remarquable photographe Josiah Johnson Hawes, de Southwork & Hawes, à immortaliser l'acte chirurgical. Cependant, Hawes étant sensible à la vue du sang, il ne fit qu'un daguerréotype de la salle de chirurgie avant l'opération. Plus tard, le docteur Warren présenta un scalpel de Laundy (?) et une sonde, instruments chirurgicaux qui lui avait servis lors de l'opération, à Hawes en gratitude d'avoir immortalisé l'une des premières opérations sous anesthésie.

Ceci est une traduction de l'article anglophone John Collins Warren, veuillez excuser les probables erreurs de traductions. Les incertitudes quant à la traduction sont signalées par ce symbole : (?)

Principaux travaux et publications[modifier | modifier le code]

  • Description of an Egyptian mummy, presented to the Massachusetts General Hospital: with an account of the operation of embalming in ancient and modern times. Date incertaine.
  • A comparative view of the sensorial and nervous systems in men and animals. Boston, J. W. Ingraham, 1822.
  • The preservation of health. With remarks on constipation, old age, use of alcohol in the preparation of medicines. Boston, Ticknor, Reed and Fields, 1854.
  • Remarks on some fossil impressions in the sandstone rocks of Connecticut River. Boston, Ticknor and Fields, 1854.
  • The Mastodon giganteus of North America. seconde édition enrichie. Boston, Wilson, 1855