Jean Le Noir (enlumineur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean le Noir)
Aller à : navigation, rechercher
Jean le Noir, Psautier de Bonne de Luxembourg (c.1348-1349, New York, The Cloisters, Inv. 69. 86.), Dit des trois morts et des trois vifs, folio 322r.

Jean Le Noir est un enlumineur français, actif entre 1331 et 1380, disciple de Jean Pucelle (mort v. 1334)[1]. Il est actif à Paris, puis il vit à Bourges aux environs de 1375. Sa fille Bourgot est également une miniaturiste de talent.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Jean Le Noir est mentionné pour la première fois le 30 juin 1332, dans les registres criminels de la justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris, comme "enlumineur de pincel", c'est à dire miniaturiste[2], et non comme simple apprenti ou valet. Il est ainsi probablement déjà indépendant, alors que Pucelle est encore en vie[3]. Avec sa fille Bourgot, Il entre vers 1353 au service de Yolande de Flandres, duchesse de Bar, probablement à l'occasion de la commande du livre d'heures de cette dernière. Avant 1358, il entre ensuite au service par le régent et dauphin Charles, qui lui fait don d'une maison à Paris, en raison de ses services rendus au roi. Un autre document daté de 1472 le mentionne dans les archives du duc de Berry comme bénéficiant de cadeaux du duc. En 1375, il habite à Bourges et est mentionné comme enlumineur du duc et du roi[4].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Avril, L'Enluminure à la cour de France au XIVe siècle, Paris, Chêne, 1978.
  • François Avril, Louisa Dunlop et Brunsdon Yapp, Les Petites Heures de Jean, duc de Berry : [fac-similé du manuscrit Latin 18014 conservé à la Bibliothèque nationale, Paris]. Introduction au manuscrit lat. 18014 de la Bibliothèque nationale, 2 vol. Paris-Lucerne, Editions Facsimilé,1989.
  • Marc Gil, "Le rôle des femmes dans la commande de manuscrits à la Cour de France, vers 1315-1358: la production de Jean Pucelle et de ses disciples", Bulletin du bibliophile, no 2, 2013, p. 225-239.
  • Kyunghee Pyun et Anna Russakoff (éd.) Jean Pucelle. Innovation and Collaboration in Manuscript Painting, Turnhout, Harvey Miller Publishers, 2014.
  • Charles Sterling, La Peinture médiévale à Paris, 1300-1500, 2 tomes, Paris, Bibliothèque des arts, 1987-1990, tome 1.
  • Erwin Panofsky, Les Primitifs flamands, Paris, Hazan, 1992.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Avril, Louisa Dunlop et Brunsdon Yapp,, Les Petites Heures de Jean, duc de Berry : [fac-similé du manuscrit Latin 18014 conservé à la Bibliothèque nationale, Paris]. Introduction au manuscrit lat. 18014 de la Bibliothèque nationale, 2 vol.,, Paris-Lucerne,, Editions Facsimilé,,‎ 1989
  2. Louis Tanon, Registre criminel de la justice de Saint-Martin-des-Champs de Paris (1332-1357), Paris, Léon Willem,‎ 1877, p. 17-18
  3. Marc Gil, « Le rôle des femmes dans la commande de manuscrits à la Cour de France, vers 1315-1358: la production de Jean Pucelle et de ses disciples », Bulletin du bibliophile, no 2,‎ 2013, p. 225-239.
  4. Grove Dictionnary of Art
  5. Notice du Met
  6. Facsimilé et notice sur Gallica