Jean Pucelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pucelle.

Jean Pucelle

Naissance inconnue
Décès 1334
Paris
Nationalité Français
Activités Enlumineur, artiste peintre
Mécènes Charles IV le Bel, Jeanne d'Évreux
Influencé par Duccio
Influença Jean Le Noir
Jean Pucelle et atelier, Bréviaire de Belleville (c.1323-1326), David devant Saül. Paris, BnF, ms. latin 10483-10484, vol. 1, folio 37r
Jean Pucelle, Heures de Jeanne d'Évreux (c.1324-1328), l'Arrestation du Christ et l'Annonciation, New York, The Metropolitan Museum of Art, The Cloisters, Acc.54.1.2, folio 15v-16.

Jean Pucelle (mort en 1334) est un peintre et orfèvre français. Toutefois, l'histoire de l'art le retient surtout comme l'un des enlumineurs les plus brillants de sa génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Actif à Paris dans les premières décennies du XIVe siècle (c.1320-1334), son atelier, l'un des plus importants de la capitale, reçut de prestigieuses commandes de la cour et contribua à élaborer le style gothique international. Sensible aux recherches picturales de son temps, Jean Pucelle voyagea en Italie et en Belgique, puisant chez les primitifs flamands et siennois (tel Duccio) les racines d'un art original, mélange d'expressivité et d'élégance courtoise propre à l'art parisien. Après sa mort en 1334, son style lui survécut une quarantaine d'années, à travers l'œuvre de son disciple Jean le Noir.

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive, comportant aussi les œuvres produites par l'atelier de Pucelle)

  • Heures de Jeanne de Savoie, musée Jacquemart-André, Paris
  • Bréviaire de Blanche de France, bibliothèque apostolique vaticane, Rome, Urb.603
  • Les Heures de Jeanne d'Évreux (c. 1324-1328, New York, The Cloisters, Acc.54.1.2), offertes par Charles IV le Bel à son épouse, constituent son chef-d'œuvre, entièrement réalisé de sa main. Outre ses dimensions exceptionnelles (60 par 90 mm), ce livre d'heures - petit recueil de prières à l'usage des laïcs - comporte de nombreuses enluminures en pleine page et de drôleries marginales exécutées en grisaille, technique de prédilection de l'artiste. Le goût du naturalisme, l'attention nouvelle portée à l'expression des personnages, ainsi qu'au rendu de la profondeur spatiale, y constituent une véritable révolution plastique, sans précédent en France.
  • Le Bréviaire de Belleville (c. 1323-1326, Jean Pucelle et atelier, Paris, BnF, ms. latin 10483-10484), enluminé avec fermoir en or aux armes de France et provenant du Prieuré Saint-Louis de Poissy.
  • La Bible de Robert de Billyng (1327, Jean Pucelle et atelier, Paris, BnF, ms. latin 11935)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Avril, L'enluminure à la cour de France au XIVe siècle, Paris, Chêne, 1978.
  • Charles Sterling, La peinture médiévale à Paris, 1300-1500, Paris, Bibliothèque des arts, 1990.
  • Erwin Panofsky, Les primitifs flamands, Paris, Hazan, 1992.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :