James Cochran (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir James Cochran et Cochran.

James Cochran
Jimmy. C

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Self Portrait 2005, Acrylic Lacquer on canvas

Naissance 4 juin 1973
Adélaïde
Nationalité Australien Drapeau de l'Australie Australie
Activités peintre

James Cochran (aka Jimmy. C) né le 4 juin 1973 à Adélaïde, est un peintre australien connu pour ses peintures urbaines narratives et pour son style de drip painting.

L'art aérosol et ses débuts[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, Cochran a contribué au développement du milieu du graff à Adélaïde et il a continué à peindre une gamme de peintures murales de commande en Australie du sud. Il a aussi animé plusieurs ateliers de projets artistiques communautaires dans le but de faire connaitre « l'art aérosol » (la peinture à la bombe aérosol) dans la communauté et d'enseigner les techniques de la peinture aux adolescents qui s'intéressaient à l'art. Dans les années 1990, il a adopté le pseudonyme « Jimmy. C » et est devenu connu pour ses peintures murales et pour son travail dans les villes et communautés régionales en Australie.

Développement artistique[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu sa licence puis sa maitrise en arts visuels à l'Université d'Australie du Sud (University of South Australia), Cochran est devenu connu pour ses peintures urbaines narratives, peintes a l’huile, avec souvent ses représentations du sujet humain marginalisé dans le contexte urbain. Il a parfois utilisé les allégories religieuses ou mythologiques pour illustrer la condition existentielle ou spirituelle du sujet contemporain dans la ville. En 2004 il a exposé la série aérosol pointilliste, qui l’a mené au développement du Dripping – représentations urbaines et figuratives faites de taches individuelles de peinture coulante.

French Connection[modifier | modifier le code]

Grâce à de nombreux voyages en Europe, Cochran a acquis une sensibilité à la culture française et a étudié le français qu'il parle couramment. En 2006 il a été invité par l’écrivain et critique français Antoine Pecquet[1] pour présenter son œuvre au public français. Une exposition montrant un développement de dix ans de son œuvre a eu lieu à Lille au Tri Postal[2], et a continué à Paris au Point Ephémère[3],[4].

Lors de l’exposition à Lille, Cochran a animé deux ateliers peintures murales avec la jeunesse de Lille sud et du quartier Vaubain. Cochran a vécu à Paris en 2006 et a continué à peindre des toiles et des œuvres murales pendant cette période.

Autres expositions[modifier | modifier le code]

Cochran est représenté par Lindberg Contemporary Art à Melbourne, Australie, où il a exposé ses peintures en 2008. La même année il a été sélectionné comme finaliste pour « The Archibald Prize » pour son portrait du styliste Akira Isogawa de Sydney.

En 2009, Cochran a exposé ses peintures à Zhengzhou et à Pékin en Chine, et à Melbourne à Lindberg Contemporary Art. En 2011 il expose à la galerie Raison d'Art à Lille et il peint les murs à New York et Londres où il vit actuellement.

Détail des expositions[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Top Floor, 66 Hindley St, Adelaide
  • 2000 : From Walls to Canvas, The Axis Gallery, Adelaide
  • 2000 : Seeing the Light, Red House Gallery, Adelaide
  • 2001 : BMGART, Adelaide
  • 2003 : Gitte Weise Gallery, Sydney
  • 2003 : The Project Space, The Contemporary Art Centre of South Australia
  • 2004 : Aerosol Pointillism, Adelaide Central Gallery
  • 2006 : James Cochran - Peintures 1996-2006, Tri-Postal, Lille, France
  • 2006 : Peintures 1996-2006, Point Ephémère, Paris, France
  • 2008 : City Souls, Boutwell Draper Gallery, Sydney
  • 2010 : Blessé(d), FELT Space, Adelaide
  • 2011 : 'The London Street Portraits, Lindberg Galleries, Melbourne
  • 2011 : 'De la ville à la mer', Raison d'Art, Lille, France

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]